Rencontrer l'âme sœur en fonction non pas de vos goûts, mais de vos dégoûts communs, c'est l'idée de Hater. Cette application mobile ambitionne de faire matcher entre eux ses utilisateurs en fonction de ce qu'ils détestent.

Swiper à gauche (souvent), à droite (parfois), matcher… On connaît déjà le fonctionnement qui a fait le succès de l’application de rencontres Tinder, qui n’a pourtant pas tant changé l’amour. Et si vous imaginiez maintenant une application au fonctionnement similaire, mais où les matches sont basés sur ce que les utilisateurs détestent ? En fait, elle existe déjà, et porte le nom évocateur de Hater.

C’est dans l’esprit de Brendan Alper, ancien employé de Goldman Sachs devenu comédien, qu’est née cette idée d’une application de dating basée sur ce que l’on déteste. S’il l’avait au premier abord envisagée comme une blague, elle pourrait bien aujourd’hui lui rapporter gros. La sortie officielle de Hater est prévue pour le 8 février, indique Mashable, mais elle est déjà disponible en bêta-test sur iOS. Les utilisateurs d’Android devront quant à eux attendre le printemps pour découvrir Hater.

Pour détester, swipez vers le bas

Au total, plus de 3000 sujets à détester sont proposés dans l’application. Les gens qui marchent trop lentement, ceux qui font des selfies de leur postérieur, ceux qui laissent un pourboire de moins de 15 % au restaurant… Il suffit de swiper vers le bas pour détester (hate), en haut pour aimer (love), à gauche pour ne pas aimer (dislike) et à droite pour bien aimer (like).

CC Hater

L’application vous fait alors matcher avec des gens qui ont les mêmes dégoûts que vous, en se basant également sur la géolocalisation. Si vraiment, malgré tous les éléments que vous détestez tous les deux, vous n’arrivez pas à engager la conversation, Hater peut même briser la glace avec un petit jeu.

En test à New York depuis décembre, l’application a reçu un bon accueil, précise Mashable. Voici d’ailleurs le top 3 des sujets les plus détestés par les New-Yorkais : l’élection présidentielle de 2016, ne pas respecter les conventions quand on marche dans la rue (« sidewalk étiquette ») et nettoyer les cheveux coincés dans le lavabo. A contrario, les sujets les plus appréciés sont : ma maman, l’océan et le guacamole. Hater semble plutôt bien parti pour séduire ceux qui n’ont pas encore quitté le dating pour filer sur Tit for Tat… et ceux qui ne détestent pas les applications de rencontre, bien entendu.

Partager sur les réseaux sociaux