D'après une étude menée par des chercheurs canadiens, ce sont de nos proches que nous devons nous méfier le plus. Nombreux sont ceux, pour des motivations différentes, qui utilisent les comptes Facebook de leurs relations.

En 2017, et ce n’est pas trop tôt, l’une des premières préoccupations des internautes est la sécurité. La peur de voir ses comptes piratés, notamment ceux liés aux réseaux sociaux, est un sujet qui revient très souvent sur la toile. Il faut dire qu’entre les multiples comptes de médias sociaux que nous avons, les nombreux supports que nous utilisons et les connexions automatiques, nous ne sommes jamais à l’abri d’être la victime d’une personne malintentionnée. Ou d’un ami ou d’un membre de la famille un peu trop indiscret…

Consulter le compte d’un proche, une pratique courante

Des chercheurs en science de l’informatique de l’université de Colombie-Britannique à Vancouver ont interrogé des adultes américains utilisateurs de Facebook. L’enquête s’est déroulée en deux temps. Tout d’abord, il a été demandé à 1 308 personnes si elles ont été victimes des indiscrétions de leur entourage qui aurait eu des yeux baladeurs sur leur compte Facebook. Ensuite, l’enquête a demandé à ces mêmes personnes si elles ont aussi été auteurs de ce type d’attaque. 24 % d’entre eux ont avoué avoir violé la confiance de leurs proches en espionnant leur compte et 21 % affirment en avoir été victimes.

Dans la seconde partie de l’enquête, sûrement la plus intéressante, ce sont des témoignages des victimes et agresseurs qui ont été récoltés. Notez que seules 45 personnes ont répondu à l’appeler qu’ il est donc nécessaire de ne pas généraliser ces données. Le résultat est que ces attaques ont pu être classée par types, et que cinq grosses motivations en ressortent : la curiosité, la jalousie, l’animosité, l’utilité et le plaisir de faire une blague comme par exemple changer la photo de profil ou publier un statut gênant.

Cette activité peut conduire à la rupture…

L’auteur de l’étude, Wali Ahmed Usmani parle d’une « pratique très répandue » et affirme que Facebook est une cible privilégiée puisqu’elle regroupe « messages privés, photos et vidéos ». Cependant, selon les motivations de chacun, Facebook n’est pas consulté de la même manière. Pour les personnes dont la motivation est la jalousie par exemple, Ivan Beschastnikh, co-auteur, estime que ces personnes « prévoient généralement leurs actions et se concentrent davantage sur les messages privés, pour une session de 15 minutes ou plus ».

Ces attaques peuvent avoir de graves conséquences sur un couple par exemple, puisque le chercheur indique que cette activité a dans certains cas conduit à la rupture : « dans de nombreux cas, l’espionnage a effectivement mis fin à la relation  ». C’est, après tout, un témoin d’une perte de confiance en l’autre.

Comment sécuriser son compte Facebook ?

Pour protéger ses comptes sur les réseaux sociaux notamment, il est crucial de choisir un code ou mot de passe fort pour ces derniers, mais également pour l’accès à son smartphone ou son ordinateur portable. Nous vous donnions il y a peu quelques indications simples sur la création d’un bon mot de passe, comme ne jamais utiliser un même mot de passe pour différents services ou bannir une bonne fois pour toutes le classique 1234… la CNIL avait par ailleurs conseillé d’utiliser le gestionnaire KeePass.

Il est tout aussi important de bien veiller à déconnecter sa session Facebook sur toutes les machines que vous avez utilisées, notamment celles qui ne vous appartiennent pas et qui sont par conséquent très sensibles. C’est le moment aussi pour activer la double authentification dont nous vous parlions également.

Partager sur les réseaux sociaux