L'industrie du jeu vidéo peut se féliciter d'une année 2016 particulièrement rentable. Overwatch, le FPS de Blizzard, a remporté 586 millions de dollars à lui seul.

Le marché du jeu vidéo va bien, merci pour lui. En 2016, selon une étude réalisée par Superdata Research et relayée par Digital Trends, l’industrie vidéoludique a généré pas moins de 91 milliards de dollars.

Les deux plus gros segments sont mobile, avec 40,6 milliards de dollars (44,6 %), et le PC (35,8 milliards de dollars, soit 39,3 %). Ce dernier comporte deux sous-catégories : le free-to-play et le premium (les jeux payants). Et dans ce dernier domaine, Overwatch s’impose largement avec 586 millions de dollars de recettes.

overwatch

Un demi-milliard pour Overwatch

Le FPS de Blizzard Entertainment empoche ainsi à lui tout seul plus du double des bénéfices de son dauphin, Counter-Strike : Global Offensive et ses 257,2 millions de dollars. Il s’agit d’un réel exploit sachant que le jeu n’a été lancé qu’en mai 2016. Guild Wars 2 (91 millions), Minecraft (89 millions) et Fallout 4 (75 millions) complètent le top 5.

Toutefois, Overwatch reste loin des mastodontes free-to-play, parmi lesquels figurent League of Legends (1,7 milliard), Dungeon Fighter Challenge (1,1 milliard) ou encore Crossfire (1,1 milliard).

Sur le segment des consoles, on observe un chiffre d’affaires en hausse de près de 16 %, avec  6,6 milliards de dollars contre 5,7 milliards en 2015. Il est essentiellement porté par Call of Duty : Black Ops III (592 millions), FIFA 17 (387 millions) et… GTA V (379 millions), pourtant sorti en 2013. Aucun d’eux n’a pour autant fait mieux que Pokémon Go et ses 788 millions de dollars générés dans le mobile.

On notera, pour terminer, les belles performances de l’eSport (892 millions de dollars), en pleine croissance, du Gaming Video via Twitch ou encore YouTube Gaming (4,4 milliards de dollars, + 35 %) et de la réalité virtuelle (2,7 milliards de dollars). Autant dire que les voyants sont au vert pour tout le monde dans l’industrie du jeu vidéo.

Partager sur les réseaux sociaux