Depuis la disparition de Zone Téléchargement, les internautes se tournent vers d'autres sites pour continuer à télécharger. Extreme-Down constitue l'une de ces destinations. Le site vient de changer de nom de domaine.

C’est une disparition qui a fait grand bruit. Fin novembre, à la surprise générale, le site Zone Téléchargement fermait à la suite d’une opération organisée par la gendarmerie nationale. L’enquête, longue de deux ans, a permis de mettre au jour l’existence d’une véritable PME du piratage et de procéder à plusieurs interpellations et deux mises en détention.

Sans Zone Téléchargement, de nombreux internautes habitués à s’approvisionner en œuvres piratées sur la plateforme se sont retrouvés « orphelins ». Une situation qui n’a pas échappé à la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet, qui les a invités à rejoindre le champ de l’offre légale, ni à quelques petits malins qui ont tenté de rebondir avec des clones.

zonetele

Mais c’est probablement vers les rivaux de Zone Téléchargement que ces internautes vont plutôt se tourner, comme Extreme-Down. Or avec la fin de Zone Téléchargement — qui par son ampleur occultait un peu les autres sites de téléchargement direct du même acabit –, les plateformes de plus petite envergure se retrouvent désormais en première ligne, du fait de la mort de la principale bête noire des ayants droit.

Déménagements

Extreme-Down se sent-il menacé ? Toujours est-il que le site vient de changer de nom de domaine. C’est une extension en .cc qui est utilisée (il s’agit du domaine national de premier niveau réservé aux îles Cocos, dans l’océan Indien) ; l’ancienne, une extension en .me (Monténégro), fait l’objet d’une redirection sur l’adresse en .cc. Le site n’a pas motivé les raisons de ce changement.

Ce n’est pas la première fois que le site change d’adresse. Ses gérants ont plusieurs autres noms de domaine qui redirigent vers le .cc, comme le .com, le .net et le .co. Ces migrations régulières rappellent celles de T411, l’un des principaux sites de liens BitTorrent sur le net francophone. Le site a en effet fréquemment déménagé pour demeurer accessible depuis la France, alors qu’un jugement a ordonné son blocage.

À lire sur Numerama : Les sites et hébergeurs qu’Hollywood voudrait voir disparaître

Partager sur les réseaux sociaux