La rumeur persiste depuis cet été : Amazon se prépare à lancer en France son service de SVoD, sobrement nommé Amazon Video. La société américaine serait en train de négocier son futur catalogue avec les ayants-droits européens.

Amazon prépare son arrivée sur le marché français du streaming vidéo avec plus de tact que Netflix. Nous le soulignions déjà lorsque le géant s’est rendu à Cannes pendant le festival pour assurer l’industrie cinématographique européenne de ses bonnes intentions et de sa pertinence pour financer et distribuer des films régionaux.

Puis, le géant américain a également rencontré des députés français pour commencer à diffuser l’idée d’un nouveau service vidéo en France. Les rencontres avec des parlementaires ont permis de tâter le terrain législatif dans un pays où la chronologie des médias n’est pas des plus avantageuse pour la SVoD. Et en avril dernier, Amazon Prime Instant Video était déposée comme marque à l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi). Aux États-Unis, le service se nomme aujourd’hui Amazon Video.

capture-decran-de-2016-10-20-11-51-59

Annoncé pour la fin d’année, en même temps que le déploiement du service en Italie et en Espagne, Amazon Video France a progressé sur son catalogue, selon des sources proches du dossier avec qui Numerama a pu discuter. En effet, la société serait actuellement en train de constituer son catalogue cinématographique auprès de la filiale du Groupe Canal+, StudioCanal. La société de distribution possède un catalogue de droits sur le territoire français, et des sources proches de l’entreprise nous ont confirmé que StudioCanal et Amazon avaient débuté les négociations autour des éventuelles acquisitions d’Amazon.

Des discussions préalables à la construction d’un catalogue qui aura la tâche de rivaliser avec Netflix et CanalPlay dans l’hexagone. Amazon devrait également pouvoir disposer au lancement de certaines de ses productions maison : ses séries comme Transparent ou The Man in the High Castle ou encore les films que la firme a produit, en fonction bien sûr de leur disponibilité.

man-in-the-high-castle

Car Amazon a fait le choix dans un premier temps de laisser les réalisateurs de ses productions diffuser leurs films en salles obscures. Ce qui permet à la société de convaincre de plus nombreuses productions de se financer grâce à Amazon, mais qui en France, force le service à attendre plus de 36 mois avant d’espérer pouvoir diffuser un film qu’elle a produit sur son service.

Contacté pour confirmer ces informations, StudioCanal n’a pas encore souhaité répondre à Numerama. Nous mettrons à jour cet article dès que nous aurons de nouvelles du Français.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés