Dans la veine de Stranger Things, Syfy tente de transformer les vieilles légendes du web, les fameuses creepypasta, en une série d'horreur cohérente et intense.

Pour comprendre comment a mûri l’idée sordide de Channel Zero dans l’esprit tortueux de son créateur, Nick Antosca, il faut revenir à un solide phénomène qui a marqué les débuts du web et est aujourd’hui devenu un mème à part entière : les creepypasta, formes dérivées et sombres des copypasta.

Ces derniers sont le plus souvent des cours textes plus ou moins drôles disséminés à travers le web à coup de copié/collé sur des plateformes comme 4chan, Reddit ou des forums… voire par mail. Et les creepypasta sont du même format, avec le même mode de diffusion, mais sont réservés à de courtes fictions d’horreurs dont l’ambition est de terrifier et semer le doute dans l’esprit de l’internaute qui les rencontre.

slender-man-image_une
Slender Man

Aidées par l’ambiguïté du web, et un désir de brouiller les cartes entre fiction et réalité en donnant le moins de moyens possibles à l’internaute de vérifier les histoires racontées, les creepypasta sont l’équivalent internet des histoires angoissantes au coin du feu de nos ancêtres. Vous connaissez peut-être celle de Slender Man  : c’est certainement la plus connue de ces micro fictions.

Sa célébrité malheureuse a amené à un effroyable fait-divers relié à la légende du Slender Man  : le 31 mai 2014, deux très jeunes filles du Wisconsin âgées de 12 ans, ont tenté d’assassiner une de leurs camarades de classe en la poignardant 19 fois. Par la suite, ces dernières ont expliqué avoir agi ainsi après une demande de Slender Man, qui selon leur propos les aurait forcées à passer à l’acte, les menaçant de tuer leurs familles.

affiche-slender-man

HBO a déjà décidé, après ce fait divers de réaliser un documentaire sur les origines du mythe et comment une histoire du web a pu entraîner deux fillettes sur les chemins du crime. Mais les effroyables célébrités de ces creepypasta n’inspirent plus seulement les documentaristes : cette année, c’est également Syfy qui révèle Channel Zero, une série d’anthologie dont la première saison adapte la terrible nouvelle Candle Cove de Kris Staub.

Candle Cove

La petite nouvelle de Staub reprend le format d’un forum de discussion sur lequel un adulte vient parler d’une émission pour enfants réalisée avec des marionnettes dont l’esthétique et les propos étaient particulièrement inadaptés pour son jeune âge. Les autres membres du forum fictif viennent corroborer ses propos, jusqu’à ce qu’ils découvrent que seuls les enfants pouvaient en fait regarder le show qui était invisible aux adultes.

channel-zero-101-recap-gallery-16_4
Channel Zero

L’histoire a inspiré des milliers de suites et de phénomènes dérivés : certains sont allés jusqu’à reproduire Candle Cove ,la fameuse émission fictive du myth,e pour ancrer le lectorat de la nouvelle dans une réalité ambiguë et contradictoire. Et ainsi la légende du Screaming Episode, un étrange épisode dans lequel tous les personnages hurlent à la mort et où une image subliminale d’un homme-ours apparaît, est devenue réalité grâce à des vidéastes qui ont produit l’épisode sur YouTube.

Sur les forums où l’histoire est encore diffusée, alors même qu’elle est officiellement une nouvelle de fiction écrite par Staub, qui depuis en a fait un recueil, on trouve encore des internautes demandant si la série a vraiment existé ou tentant de démonter l’histoire en montrant que Kris Staub est né en 1979 et ne peut donc pas avoir vu la série qui est diffusée en 1971 selon le mythe. Et c’est là tout le pouvoir des creepypasta qui sèment le doute, même l’espace d’un instant, sur leur réalité probable.

Prix Nobel du Creepypasta

Avec cette mode réelle autour des creepypasta, Internet est devenu un véritable livre de contes, comme une collection entière de Chaire de poule. Et au fur et à mesure que le phénomène s’est répandu à travers le monde, les creepypasta sont devenues un genre littéraire à part entière où les internautes redoublent d’imagination et d’invention pour terrifier leur lecteur.

En 2010, le New York Times écrivait sur ces phénomènes web et à l’occasion, le quotidien interrogeait Mike Rugnetta, chercheur pour Know Your Meme, qui expliquait alors le travail littéraire et le temps pris par les internautes pour raconter leurs histoires. Pour lui, tout cela est motivé par le fonctionnement des forums et des boards : « Les réactions sont la monnaie de nombreux boards, et une histoire d’épouvante est quelque chose qui va vraiment sortir du lot et attraper votre attention.  »

160822_3087731_channel_zero__dinner_is_served_1500x844_748668483738
Channel Zero

Et désormais, les lettres de noblesse sont données au genre qui gagne l’attention des réalisateurs. Pour Channel Zero, le trentenaire Nick Antosca a totalement puisé dans l’imaginaire du web et livre avec sa première saison une adaptation qui dépasse tout ce qu’auraient pu imaginer les froussards qui ont lu au coin de la lumière bleue de leur écran le mythe de Staub.

Après avoir travaillé sur Teen Wolf ou Hannibal pour la télévision, et sur La Forêt pour le cinéma, ce passionné d’épouvante livre un show surfant sur la nostalgie de l’épouvante à l’ancienne façon Stranger Things mais avec un ton bien plus sombre et un registre plus porté sur l’horreur.

Channel Zero
Channel Zero

Diffusée tous les mardis depuis cette semaine sur la chaîne du câble américain, Channel Zero tire son scénario des plus grandes peurs du web. Et déjà, les prochaines saisons s’attelleront à d’autres creepypasta, après avoir fait de Candle Cove une réalité télévisuelle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés