En fin d'année doit sortir le film The Space Between Us. Le pitch laisse toutefois songeur. Si le scénario utilise la planète Mars, le ton du long-métrage semble très vite tourner à la comédie romantique cucul la praline... Pire, on a l'impression de voir une sorte de Visiteurs.

Ha, Mars. Une source inépuisable d’inspiration. Il suffit de voir tout ce qui a été écrit, filmé, peint ou raconté sur la planète rouge pour réaliser la place immense qu’occupe notre proche voisine dans notre imaginaire collectif. Prenez le cinéma par exemple. Entre Total Recall, Seul sur Mars, John Carter, Ghosts of Mars ou Doom, les films sur cette thématique sont nombreux.

À cette liste, il faut maintenant inclure The Space Between Us. Hélas au visionnage de la bande-annonce, il y a de quoi s’inquiéter. En tout cas, si vous escomptiez voir un film où la science-fiction serait au premier plan. Si le scénario pose des enjeux intéressants, le ton du film vire très vite à la comédie romantique adolescente entre un jeune homme né sur Mars et une adolescente vivant sur Terre.

À vrai dire, le long-métrage, réalisé par Peter Chelsom, ajoute le poncif du jeune garçon à la recherche de la figure paternelle. Jugez plutôt, avec le synopsis publié sur Allociné : « Gardner a été élevé sur la planète Mars en secret, auprès d’une équipe de scientifiques, après la mort de sa mère astronaute. Devenu adolescent, il voyage avec une jeune femme à travers les États-Unis, en quête d’un père qu’il n’a jamais connu ».

Toute la première moitié de la bande-annonce est pourtant prometteuse, avec des sujets comme l’effet de la gravité terrestre sur le physique d’un homme étant né et vivant sur Mars (la planète rouge a une gravité trois fois moins forte que la Terre) et, on l’imagine, le délai d’attente qu’il faudrait observer pendant une communication entre les deux planètes (jusqu’à 22 minutes).

Mais très vite, l’aspect martien paraît basculer au second plan au point de donner le sentiment que l’on se retrouve avec une sorte de film Les Visiteurs avec un martien. Car l’idée de base des Visiteurs, c’est un type qui arrive dans une société qui n’est pas la sienne, ce qui donne lieu à des gags. Et des gags, il y en aura même si les pitreries finiront par cesser pour laisser place à la romance.

Il reste à attendre la sortie du film pour découvrir quelle sera la part laissée à la réflexion sur l’humain né et élevé dans une colonie martienne et quelle sera celle accaparée par le message mielleux véhiculé par les deux trailers. Message qui paraît un peu cucul la praline. On ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais les bandes-annonces laissent à penser que la réflexion durera vingt minutes dans le film.

Aucune date de sortie n’est fixée pour la France. La page Wikipédia évoque une sortie en Belgique pour le 25 décembre 2016 — on peut imaginer que les salles françaises seront servies dans ces eaux-là. Comme acteur connu et reconnu présent au casting, notons quand même la présence de Gary Oldman.

Seul sur Mars
Seul sur Mars.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos