Après les multiples déceptions, l'Angleterre ouvre une enquête pour déterminer si No Man's Sky est une publicité mensongère.

À force de s’être impatientés pour l’arrivée de No Man’s Sky, il semblerait que certains joueurs n’aient pas apprécié le travail fini du studio Hello Games. Au point que l’Advertising Standards Authority (ASA) en Angleterre se soit saisie de l’affaire pour déterminer si, oui ou non, les promesses faites par le studio pendant le développement du jeu ne relevaient pas de la publicité mensongère, en rapport au résultat final.

Steam se prend des dommages collatéraux…

Pour répondre à la grogne des plaignants, une enquête est donc en cours auprès de Hello Games et de Valve, qui édite la plateforme Steam sur laquelle se trouve la page de description de No Man’s Sky. L’investigation se concentre en effet sur le contenu de cette page, mais pourrait bien s’étendre à toutes les formes de publicité du jeu, comme l’explique le Redditor AzzerUK, joueur déçu qui a saisi l’ASA au lendemain de la sortie de No Man’S Sky, en août dernier.

La page Steam de No Man’s Sky présente, entre autres, la vidéo de démo datant de l’E3 2014. Sur cette vidéo, sortie de son contexte sur la page Steam, il n’est en effet précisé nulle part qu’il s’agit d’un enregistrement du jeu en phase alpha ou beta, la qualité des images et la présence d’un HDR laissant supposer à un public non averti qu’il s’agit bien d’une démo ingame.

AzzerUK joint également dans son post une liste de détails des vidéos, screenshots et points critiques de la page de présentation du jeu qui ont suscité l’intérêt de l’ASA au vu des différentes plaintes reçues par l’agence. Sur la page Steam de No Man’s Sky, on y voit que le jeu récolte une somme d’appréciations extrêmement négatives.

… mais Sony sent aussi passer le vent du boulet

Pour le moment dans cette affaire, l’entreprise qui s’en sort le mieux reste Sony, qui n’est pour l’instant pas concernée par l’enquête. L’éditeur avait pourtant pris Hello Games sous son aile pour proposer le jeu sur Playstation 4.

Il s’est avéré que Sony ait quelque peu laissé tomber le studio face à la grogne qui enflait de plus en plus, au point que Shuhei Yoshida, président de Sony’s Worldwide Studios, a déclaré à Eurogamer que Hello Games n’avait pas eu une bonne stratégie marketing et s’était vraisemblablement laissé emporter par ses ambitions.

Sony se dédouane donc de toute implication dans cette affaire, Shuhei Yoshida ayant précisé à Eurogamer lors du Tokyo Game Show que Hello Games s’occupait également de l’édition numérique sur PS4, Sony éditant seulement le jeu sur support Blu-ray.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés