La colonisation du système solaire n'aura pas lieu de notre vivant. Mais on peut rêver un peu grâce aux œuvres souvent inspirées d'artistes, à l'image de Wanderer, un court-métrage qui imagine la conquête de l'espace.

Du base jump depuis le sommet de Verona Rupes, la plus haute falaise connue dans le système solaire, située sur Miranda, l’une des vingt-sept lunes d’Uranus, cela vous tente ? À moins qu’une petite escapade sur les étendues glacées d’Europe, non loin de Jupiter, ne vous intéresse davantage ? Et pourquoi ne pas tout simplement aller explorer les blocs de glace qui composent les anneaux de Saturne ?

Malheureusement, il n’y a absolument aucune chance que nous puissions assister un jour à l’émergence de ce genre d’activité de notre vivant. Nous serons tous morts et enterrés depuis belle lurette — et plusieurs générations après nous aussi — lorsque l’humanité commencera à pousser l’exploration spatiale au-delà de notre voisinage immédiat, c’est-à-dire la périphérie de la Terre et la Lune.

Nous n’avons en effet ni la technologie, ni les ressources, ni la volonté politique, ni des raisons objectives pas plus qu’une quelconque urgence justifiant la mise en branle d’un tel projet. Pour l’instant, on se contente de viser Mars et c’est déjà très bien : les États-Unis, la Chine et quelques entreprises, comme SpaceX, ont des programmes consistant à amener l’homme sur la planète rouge d’ici dix, vingt ou trente an.

Mais les limites à nos ambitions spatiales n’interdisent pas de rêver un peu et c’est exactement ce que propose Erik Wernquist avec son court-métrage Wanderers qui se veut un petit aperçu de ce que pourrait être l’exploration et la colonisation du système solaire par les humains, le tout en s’inspirant des idées et des concepts qui existent sur le sujet.

Pour renforcer l’effet saisissant de sa vidéo, l’auteur a eu la bonne idée de prendre des extraits de la lecture que fait l’astronome Carl Sagan de son ouvrage Pale Blue Dot : A Vision of the Human Future in Space, inspiré d’une très célèbre photo de la Terre prise par la sonde Voyager 1 en 1990, qui rappelle l’insignifiance de l’humanité à l’échelle de l’univers et que nous sommes seuls. Personne ne viendra à notre secours.

wanderer

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés