Ils ont plus de 6 ans mais pas encore 16 ans, ils sont donc nés après la fin du millénaire dans un monde où la télé était déjà dépassée. Ils ne consomment pas moins de contenus vidéos que leurs aînés, mais leurs écrans ont changé.

L’étude Screen 360 de Médiamétrie est la première à porter un regard analytique et statistique sur les usages vidéos des kids nés après le bug de l’an 2000. Ces derniers ont vécu dans un monde strictement délimité par l’affaiblissement de la télévision et l’essor sans précédent d’Internet. Ils sont aujourd’hui des enfants très connectés, qui ne consomment pas nécessairement moins de contenus que leurs aînés, mais qui sont en train d’enterrer définitivement certaines pratiques.

enfant-smartphone

Le téléviseur, en tant qu’écran, reste le roi des foyers et les 6-14 ans le privilégient toujours pour la vidéo. Plus grand, plus confortable et ayant une place de cœur dans les familles française, l’appareil reste la référence multimédia. Il est de fait l’écran préféré des enfants : 39 % d’entre eux en font leur préférence — contre 51 % pour l’ensemble de la population. Reste à savoir si un enfant, aujourd’hui, fait aussi bien la différence que ses ainés quand on lui parle de tel ou tel support pour leurs activités.

Toutefois, en matière d’écrans, les kids hésitent bien moins que leurs aînés, lorsqu’il s’agit de consommer des contenus multimédias, à utiliser les tablettes et les smartphones. Lorsqu’il s’agit des contenus vidéos, un enfant sur cinq cite les mobiles comme support utilisé dans leur vie, contre un Français sur dix toutes générations confondues. Il en va de même pour les tablettes, trois fois plus citées comme support naturel pour les enfants que par les Français en général (17 % contre 6 %).

ep108_stillPullsForNetflix_052516_1.777.1.r

Enfin, si les enfants ont toujours une préférence pour le format du téléviseur, ils s’éloignent bien plus que le reste des générations des chaînes de télévision et du live. Ils sont trois fois plus nombreux que les internautes Français à regarder au moins une vidéo à la demande chaque mois et deux fois plus nombreux à consommer du contenu de SVoD et des vidéos gratuites. Une pratique qui est depuis, à l’échelle mondiale, comprise et encouragée par des géants comme Netflix qui misent sur des programmes de qualité pour les enfants, les évidents clients du futur. Soit, ceux qui enterreront définitivement la télévision de papa.

Et c’est aussi pour cela que nos guides Netflix et CanalPlay ont une section dédiée aux productions jeunesse de qualité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés