Amazon et Woody Allen, qui ont déjà tissé des liens dans le cinéma, pourraient nouer des relations plus étroites encore. Le premier négocie avec le second pour produire en intégralité son prochain film.

Woody Allen sera-t-il le fer de lance d’Amazon dans le domaine du cinéma ? C’est la conclusion à laquelle on est tenté d’aboutir, tant les relations entre le cinéaste new-yorkais et le géant du e-commerce connaissent un développement remarquable depuis quelques mois. Elles pourraient même franchir un palier supplémentaire dans les semaines à venir, si les négociations dont The Hollywood Reporter se fait l’écho aboutissent.

Selon les informations du site américain, une discussion est en cours entre les deux parties au sujet du financement du prochain film du réalisateur. Amazon serait prêt à mettre sur la table 25 millions de dollars pour permettre au long-métrage de Woody Allen d’exister, sans doute en échange des droits de distribution — au moins aux États-Unis — et d’un certain nombre d’autres avantages pour sa participation en tant que producteur.

Cafe Society
Café Society

Si un accord est trouvé, ce sera la première fois qu’Amazon finance entièrement un film de Woody Allen. En revanche, ce ne sera pas la première fois que le site de commerce en ligne gère en partie l’une de ses productions, puisqu’il a déboursé selon la presse américaine entre 15 et 20 millions de dollars pour acquérir les droits de distribution de Café Society, son dernier long-métrage.

Ce serait en tout cas le signe supplémentaire des liens étroits que sont en train de tisser Amazon et Woody Allen. En début d’année, la plateforme commerciale a annoncé avoir acquis les droits de distribution du futur film du réalisateur n pour un montant non précisé. Auparavant, la firme de Jeff Bezos a confirmé la commande d’une série de six épisodes au cinéaste, avec Miley Cyrus en tête d’affiche.

Amazon a commencé par les droits de distribution. Maintenant, il veut être à la production

Amazon ne cache plus ses ambitions dans le domaine cinématographique. En fait, Jeff Bezos rêve même de remporter un oscar avec son service de vidéo à la demande. Une recrue comme Woody Allen, qui a remporté déjà quatre statuettes (une pour le meilleur réalisateur, trois pour le meilleur scénario) et plusieurs autres récompenses majeures, lui permettrait d’atteindre cet objectif.

En participant à la distribution de Café Society, Amazon a déjà pu goûter au plaisir du tapis rouge puisque le film était présenté lors de la 69ème édition du Festival de Cannes, avec trois autres films pour lesquels le site a aussi les droits de distribution (Paterson, réalisé par Jim Jarmusch, The Neon Demon de Nicolas Winding Refn et The Handmaiden de Park Chan-wook).

Les géants du streaming commencent ainsi à afficher leur présence dans les sélections officielles de grands festivals, à l’image de Beasts of no Nation, produit par Netflix, qui a fait de son côté l’ouverture de la Mostra de Venise. Une présence qui pourrait bien remettre en cause la manière dont la production culturelle se déroule et, surtout, la façon dont le public peut être amené à découvrir ces nouveaux films.

À lire sur Numerama : Amazon rêve de remporter un Oscar avec son service de VOD

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés