La prochaine console de Nintendo sera-t-elle en mesure de proposer de la réalité virtuelle. Des propos relativement contradictoires ont récemment émergé à la tête du groupe japonais.

On ne sait pas encore grand-chose sur la NX. Nintendo conserve pour le moment un voile pudique sur les atours de sa future console, afin que les copieurs n’aient pas la possibilité de reprendre ses idées. Des indications ont toutefois filtré, volontairement (comme la date de sortie de la NX) ou en lisant entre les lignes (les jeux de la console seront sur support physique).

Ce qui est moins évident à déterminer, c’est la capacité de la console à gérer la réalité virtuelle. En juin, des propos en apparence contradictoires ont été tenus par les pontes de Nintendo, donnant le sentiment que le groupe souffle le chaud et le froid à ce sujet, dans un contexte où la mode est à la réalité virtuelle. En outre, la firme peut se targuer d’avoir une petite expérience en la matière avec le Virtual Boy.

Mario Amiibo
CC Joseph Thornton

Côté pile, le patron de Nintendo of America, Reggie Fils-Aime, a fait savoir lors d’une interview accordée à Bloomberg pendant le salon du jeu vidéo de l’E3 que « la réalité virtuelle est encore une peu trop éloignée d’un usage grand public et à grande échelle ». À ses yeux, l’expérience proposée actuellement tient plus du picorage qu’à une approche permettant d’obtenir l’engagement durable du joueur.

Bien sûr, au fil de l’entretien, Reggie Fils-Aime a souligné que son entreprise n’écarte pas la possibilité de se positionner sur ce créneau. Mais à l’entendre, ce n’est pour le moment pas du tout à l’ordre du jour.

Côté face, Shigeru Miyamoto a donné une teinte plus encourageante aux intentions supposées de Nintendo en matière de réalité virtuelle. Lors d’une réunion avec des investisseurs, le père de Mario et Zelda a confié que son groupe est déjà en train d’y travailler, et que les fondations sont déjà jetées. Mais des obstacles persistent, sans qu’une solution viable n’ait été trouvée (pour l’instant ?).

« Les longues sessions de jeu sont un souci. Nous voulons sortir quelque-chose qui puisse être jouée sur de longues périodes, apporte de la valeur et soit abordable », explique-t-il, en ajoutant vouloir que les parents se sentent à l’aise à l’idée de voir leurs petits plonger dans la réalité virtuelle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés