À lire la profession de foi de son réalisateur, on arrive à se dire que le film adapté de Tetris ne sera peut-être pas si mauvais. En tout cas, il y en aura trois.

C’est évident : quand vous lisez film pas trop loin de Tetris, vous imaginez tout de suite le pire. Une sorte de nanard dans lequel des pièces qui parlent passent par un portail pour envahir l’humanité en s’emboîtant les unes dans les autres pour se transformer en puissants méchas destructeurs. La clef pour les détruire ? Remplir les trous qu’elles laissent volontairement dans leur assemblage. Après tout, au second degré, cela ferait peut-être un bon divertissement. Mais ce n’est pas ce que Larry Kasanoff semble vouloir faire du film Tetris. Ou plutôt, des films Tetris.

tetris_dos.png

Dans une discussion avec le magazine Empire, Kasanoff a affirmé que l’histoire qu’ils avaient conçu autour du célèbre jeu était « tellement énorme » qu’il était nécessaire de la découper en trois parties. Prétentieux ? Peut-être pas : Kasanoff n’a vraiment pas à l’esprit un film qui prendrait Tetris au premier degré et est d’ailleurs ravi que les gens pensent à la médiocrité : « cela place la barre très bas !  », lance-t-il. Pour lui, c’est une grande saga de science-fiction qu’il est en train de réaliser, sur le thème de « l’ordre qui se crée du chaos  », parfaitement en phase avec le principe du jeu.

Et si Kasanoff ne prend pas le jeu au sens littéral, cela pourrait donner quelque chose de réussi, fait d’emboîtements de concepts ou de réalités qui s’annulent et disparaissent à partir d’un certain point de saturation. Tetris repose en fait sur un principe si simple — et si fun — qu’il est possible de broder à peu près n’importe quel scénario autour en gardant discrètes les références au jeu vidéo.

Une grande saga de science-fiction ?

Alors oui, peut-être plaçons-nous un peu trop d’espoir dans un film adapté d’un jeu. Mais en tout cas, à défaut de nous prouver les qualités de son œuvre dont on ne connaît même pas encore le titre, le réalisateur a su attiser notre curiosité. C’est déjà pas mal.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés