Les deux jeux vidéo Fire Emblem et Animal Crossing arriveront sur iOS et Android à l'automne 2016. Ce seront des jeux « free to start ».

Après Miitomo, qui est plutôt une application de discussion instantanée qu’un vrai jeu vidéo au sens classique du terme, Nintendo a communiqué à la fin du mois avril le nom des deux prochains titres qui seront proposés sur mobile (Android & iOS) d’ici la fin de l’année : il s’agira de Fire Emblem et d’Animal Crossing.

À l’annonce de ces deux titres, s’est posée la question du modèle économique. Ces jeux seront-ils payants ? Y aura-t-il de la publicité à l’intérieur ? Faut-il s’attendre à du free to play, avec des micro-transactions pour acquérir des objets cosmétiques, des items pour améliorer ses performances en jeu et ainsi de suite ?

Fire Emblem

La réponse à cette question vient d’être donnée par Isao Moriyasu, le directeur général de DeNA, la firme nipponne spécialisée dans les jeux vidéo pour mobile avec qui Nintendo a signé un partenariat en 2015 pour développer cinq titres pour smartphone d’ici mars 2017. Ces jeux seront gratuits, mais pourront inclure des micropaiements.

C’est en tout cas ce qu’on peut déduire de ses propos, rapportés par le Wall Street Journal. Isao Moriyasu évoque un jeu « free to start », qui est une autre manière de dire que le jeu sera de type « free to play ». C’est une expression qui était employée par Satoru Iwata, l’ex PDG de Nintendo, au motif qu’elle est plus juste que l’autre.

Téléchargeable gratuitement… et ensuite ?

Il reste à savoir comment cette mécanique de « free to start » se déploiera dans Fire Emblem et Animal Crossing. Faudra-t-il payer pour accéder au reste de l’aventure, une fois que les premiers niveaux gratuits auront été terminés ? Ou la solution retenue sera-t-elle plus classique, en limitant les achats à des objets en jeu, que ce soit des items utiles pour la partie, de la monnaie en jeu ou des choses distrayantes ?

Fire Emblem est un RPG tactique dans lequel on contrôle une équipe de héros dans un univers médiéval-fantastique. Animal Crossing est quand à lui une simulation de vie, un peu à la manière des Sims, avec des personnages anthropomorphes. Les deux jeux doivent faire leurs débuts au cours de l’automne 2016.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés