De la perspective au cinéma. La réalité virtuelle pour des œuvres narratives non-interactives donne l'occasion de produire un nouveau cinéma, dont la perspective d'être dans le film est l'élément essentiel. Toutefois, sommes-nous prêts à être la victime d'un film d'horreur en VR ?

Le cinéma est face à un dilemme avec la réalité virtuelle. Le nouveau médium technologique propose de nouvelles possibilités qui effacent les lignes entre le jeu vidéo et le film, laissant un nouvel espace à des expériences scénarisées et dans lesquelles le rôle du spectateur prend une dimension inédite. Acteur, spectateur, joueur ? Où se situe désormais notre regard lorsque nous sommes plongés dans une réalité virtuelle cinématographique ?

Hollywood en VR

L’industrie du cinéma ne semble pas pressée de se mesurer à la réalité virtuelle, dont le développement est principalement porté par l’industrie vidéoludique et les géants de la tech. Après l’échec de la 3D, Hollywood pourrait prendre plus de temps à digérer les grandes évolutions technologiques.

Ici, en guise d’élément de réponses du cinéma en réalité virtuelle, Abe VR offre une expérience inspirée d’un court métrage d’horreur sorti en 2013. Et à l’inverse du film qui mettait en scène une victime face à son bourreau, dans un univers futuriste, sombre et angoissant, Abe VR propose simplement de vous mettre à la place de la victime. Moteur !

Gamification, perspective et vous

Radicalement inspiré par l’interaction rendue possible par l’essor du jeu vidéo, ce next cinéma tente de marcher dans les pas du jeu sans chercher à gamifier le septième art. Vous ne trouverez aucune porte de sortie, aucune manière de remporter la partie face à un scénario sans pitié : vous serez la victime qui admire la magie du cinéma.

Le pitch du film est simple est suffisamment fascinant pour être creusé et appliqué dans un Oculus à chacun d’entre nous : une version obsédée et glaciale de C3-P0 est tombée amoureuse d’une humaine, au point de vouloir la kidnapper et bien sûr, la désosser méthodiquement.

Un robot fou sera amoureux de vous, et alors ? Acceptez-le, c’est le futur

Là où Abe VR touche particulièrement juste, c’est qu’il part d’une histoire genrée — un robot fou contre une femme sans défense — transformée par la VR en histoire ouverte, dans laquelle la victime… ce sera vous. Qu’importe votre genre. Un robot fou sera amoureux de vous, et alors ? Acceptez-le, c’est le futur.

Subtil, intelligent et effroyable, on s’installe — plus ou moins calmement — dans notre rôle de Cindy, femme ou homme, on hurle, l’expérience se termine. Et on finit par réfléchir. Et si c’était ça maintenant le cinéma ? La modification de la perspective par la réalité virtuelle change profondément le paradigme classique du quatrième mur et modifie de fait les réalités sociales d’un film. Pour insérer le spectateur dans l’expérience, le film doit nécessairement s’adapter, gommer nos singularités et nous prendre la main pour devenir quelqu’un d’autre, le temps d’une vision.

Vous pouvez dès à présent découvrir Abe VR, qui sera disponible pour Oculus et Vive.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos