Une compétition est organisée dans le cadre d'une conférence de l'IEEE, pour opposer les concepteurs d'intelligences artificielles dans le bon vieux jeu Doom. Ils ne pourront utiliser que l'écran comme source d'informations.

Les joueurs de FPS connaissent depuis toujours les bots, qui permettent d’inclure des ennemis virtuels dans les parties multijoueurs, pilotés par ordinateur. Mais ces bots ont la possibilité de collecter sur les serveurs, ou dans les communications entre le serveur et le jeu, des données auxquelles les joueurs humains n’ont pas toujours accès (la carte détaillée, la localisation des adversaires, des objets, etc.). On est donc loin de véritables intelligences artificielles qui jouent avec les mêmes contraintes que l’humain.

Mais pour encourager les progrès en matière d’intelligence artificielle, une compétition d’IA non-tricheuses sur Doom sera organisée à Santorini, en Grèce, lors de la conférence Computationational Intelligence & Games (CIG) de l’IEEEE, du 20 au 23 septembre 2016.

Les participants au Visual Doom AI Competition devront fournir un script C++, Python ou Java, qui jouera à Doom en utilisant exclusivement l’image affichée à l’écran comme source d’informations pour prendre ses décisions (pas de son). Le script sera exécuté sur une machine séparée sous Ubuntu ou Windows, dotée d’un processeur Intel Core i7-4790 à 3,6 GHz et d’une carte graphique GTX 960 4Go.

Les développeurs sont encouragés à utiliser des techniques d’apprentissage machine pour éduquer leurs intelligences artificielles, qui apprendront en voyant jouer les meilleurs joueurs humains ou des IA meilleurs qu’elles.

Dans une première catégorie, seul le célébrissime lance-roquettes de Doom sera autorisé, et les IA pourront collecter des medikits pour se soigner, ou des packs de munitions pour recharger leur arme. Elles devront donc systématiquement arbitrer entre les mouvements à effectuer, économiser des roquettes, et faire attention à avoir suffisamment de vie en réserve. 12 manches de dix minutes seront organisées sur la même carte.

Une deuxième phase de la compétition autorisera plusieurs types d’armes et d’objets, sur deux cartes fournies pour l’entraînement. La finale, elle, aura lieu sur trois cartes inconnues des participants, avec quatre manches par carte. Le vainqueur sera celui qui aura enregistré le plus de frags.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés