La guerre des consoles sur PC n'aura pas lieu. Si les constructeurs de casques de réalité virtuelle jouent avec les exclusivités, des joueurs font déjà sauter les verrous imposés par les marques.

Nous avons reçu un Vive la semaine passée et c’est peu dire que nous sommes emballés par le casque construit par HTC et Valve. Nous l’avons fait tester à plusieurs dizaines de personnes depuis que nous l’avons reçu et aucune d’entre elles n’a eu une réaction négative. Le niveau d’émotion se situait plutôt, à chaque fois, entre l’excitation, l’émerveillement et la joie naïve. Et pourtant, ce serait malhonnête de dire que nous n’avons pas connu de déconvenues depuis son installation dans notre salle de détente, mais au-delà des petits plantages ici et là qu’on pardonne sans aucun mal, reste une question vraiment frustrante : celle de l’exclusivité des jeux.

La guerre des consoles : PC Edition

Les joueurs sur console connaissent bien cela. Microsoft avec sa Xbox, Sony avec sa PlayStation ou encore Nintendo avec ses différentes consoles ont tous joué avec l’exclusivité des jeux vidéo qui permet, grosso-modo, de faire vendre la console. Vous aimez Halo ? Vous irez sur Xbox. Vous êtes plutôt Mario Kart ? Il vous faudra une Wii. Vous souhaitez profiter de toute l’offre vidéoludique de salon ? Il faudra mettre la main au porte-monnaie et acheter toutes les consoles. Cet enfer que les joueurs PC ignoraient, dans la mesure où les jeux développés pour Windows ne sont pas exclusifs à un composant matériel précis, est en train de jeter une ombre sur la première génération de casques de réalité virtuelle moderne.

Capture d’écran 2016-04-14 à 11.28.56

Ainsi, si vous achetez un HTC Vive aujourd’hui et que vous ne voulez pas vous prendre la tête, vous pourrez jouer avec les jeux disponibles pour HTC Vive sur SteamVR. Mais vous pourriez aussi avoir de mauvaises surprises : si vous souhaitez tester par exemple l’excellent Adr1ft, qui se trouve dans la catégorie compatible réalité virtuelle de Steam, vous ne pourrez y jouer qu’avec un Oculus, le jeu étant pour l’instant en contrat d’exclusivité avec le casque de Facebook. Sur Oculus, vous ne pourrez bien entendu pas profiter des expériences HTC Vive qui nécessitent une gestion de l’espace et une reconnaissance précise de la position des mains du joueur.

Si ce dernier cas est compréhensible dans la mesure où l’usage est limité par le matériel, cela devient plus gênant quand on teste un jeu qui pourrait fonctionner avec un HTC Vive et qui est simplement limité par un contrat d’exclusivité. Nous avons cité Adr1ft, qui est disponible sur Steam, mais c’est aussi le cas de tous les titres disponibles sur l’Oculus Store (et parfois sur Steam), comme Lucky’s Tale, le fabuleux Eve Valkyrie ou Keep Talking and Nobody Explodes. Aujourd’hui, on se retrouve donc avec un paradoxe né d’une idée commerciale : ceux qui possèdent le casque le plus complet en termes de possibilités de gameplay — le HTC Vive — ne peuvent pas jouer aux jeux les plus aboutis et les plus profonds, qui sont disponibles uniquement pour l’Oculus Rift.

Jouer aux jeux Oculus sur Vive ?

Les joueurs PC n’ont évidemment pas dit leur dernier mot et des idées émergent déjà sur le web pour débrider les jeux. Ainsi, le projet Revive a pour ambition de débloquer les jeux Oculus Store pour les rendre jouable avec un HTC Vive et une manette de Xbox 360. Pour débloquer un titre, il faudra au préalable le télécharger et le patcher avec un exécutable mis à disposition par les développeurs sur GitHub. Le petit logiciel, absolument pas officiel, a pour l’instant été testé sur Lucky’s Tale et Oculus Dreamdeck mais pourrait marcher à l’avenir avec tous les titres de l’Oculus Store, si la communauté des joueurs un peu bidouilleurs s’intéresse au projet — et que Facebook ne le bloque pas d’une manière ou d’une autre.

Capture d’écran 2016-04-14 à 11.10.09

Du côté des éditeurs, certains ont déjà affirmé que leurs titres ne seraient pas des exclusivités ad vitam et qu’une compatibilité avec les autres casques du marché arriverait après la période de lancement. Pour autant, cette période est cruciale car elle va être décisive pour les développeurs qui, s’ils ne veulent pas développer à perte, choisiront de développer en priorité pour la plateforme la plus populaire, qui leur permettra de vendre le plus de jeux.

Le souci actuel, c’est que les deux expériences de réalité virtuelle sont incomparables : le HTC Vive peut faire tout ce que l’Oculus propose, mais l’inverse n’est pas vrai. De l’autre côté, Oculus a la puissance de frappe marketing de Facebook et ses centaines de millions d’utilisateurs et une configuration bien plus user friendly que son concurrent. Au milieu de tout cela, on trouve, comme souvent, un client qui risque d’être déçu si le marché décide de persévérer dans la voie de l’exclusivité. Ce qui, à terme, pourrait aussi causer sa perte.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés