Pourtant basés sur un protocole unicode universel, les emojis ont tous un habillage graphique différent en fonction de la marque du smartphone ou du logiciel avec lequel ils sont envoyés. D'après une étude menée par des chercheurs américains, ces différences sont parfois source d'incompréhension.

Épineux sujet que celui des emojis et des différences graphiques qui existent selon les téléphones, les systèmes d’exploitation et les logiciels. Une étude a été publiée en amont de la 10th International AAAI Conference on Web and Social Media qui se tiendra à Cologne du 17 au 20 mai prochain et a été menée par une équipe de chercheurs de l’université du Minnesota.

La sanction est tombée et elle est sans appel : l’existence de ces différences entre emojis serait source de malentendus et quiproquos entre les utilisateurs d’application de messagerie instantanée. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont cartographié tous les emojis pour repérer leurs différences.

Capture d’écran 2016-04-12 à 17.55.28

Pour mieux illustrer l’esprit de l’étude, le premier exemple porte sur l’emoji « aux dents serrées » qu’il a toujours été difficile de comprendre. Est-il censé représenter un sentiment de gêne, d’excitation ou des moqueries ? Et ces interrogations, sûrement personnelles, portent sur le seul emoji dessiné pour iOS. Celui-ci, placé sur une échelle graduée destinée à définir son niveau d’émotion, est considéré comme étant neutre.

Ses lointains cousins, les emojis de Microsoft, Samsung, LG ou encore Google, sont considérés comme positifs. Le même emoji envoyé depuis un iPhone pourrait donc être interprété différemment si le destinataire est propriétaire d’un LG, par exemple.

AcrossTextConversation-cropped-1-1024x539

L’équipe de chercheurs a également répertorié tous les emojis des différentes plateformes. Ils ont ensuite été classés par ordre décroissant, des emojis les plus sujets aux quiproquos à ceux dont on ne doute pas de leur signification.

Capture d’écran 2016-04-12 à 19.03.28

Ainsi, l’emoji >< qui autrefois prenait forme grâce aux symboles « supérieur à » et « inférieur à », sans équivoque, est désormais celui qui pose le plus de problème de compréhension selon les marques de smartphones.

S’il fallait faire dans le guimauve, nous dirions que, le langage de l’amour étant universel, il est donc tout naturel que l’emoji « bonhomme amoureux » soit celui compris de tous. Pour les chercheurs à l’origine de cette étude, la seule solution pour pallier tous ces problèmes, pouvant éventuellement engendrer une crise diplomatique, serait que les constructeurs s’accordent sur un seul et unique habillage graphique. Peine perdue.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés