En se servant des données publiques des utilisateurs de Tinder, Swipebuster permet de savoir qui se sert de l'application de dating.

Swipers compulsifs, tremblez ! Encore plus si vous êtes actif sur la fameuse application de dating alors que vous ne devriez pas vous y trouver.

Grâce à Swipebuster, vous n’avez pas besoin d’hacker l’application Tinder pour surveiller la personne que vous chérissez et que vous soupçonnez d’être sur l’application puisque le site donne la possibilité à quiconque de stalker les moindres faits et gestes de votre promis(e) sur Tinder si elle (ou il) s’y trouve.

Capture d’écran 2016-04-06 à 11.11.16

La démarche à suivre est d’une simplicité étonnante puisqu’il suffit de se connecter sur le site, de renseigner le prénom de la personne à surveiller, son âge et la zone géographique où l’application à pu être utilisée pour la dernière fois. Last but not least, saisissez-vous de votre numéro de carte bancaire, déboursez l’équivalent d’un peu plus de 4 euros et le tour et joué.

Comment est-ce possible ?

Si vous pensiez que vos données personnelles étaient protégées sur Tinder, détrompez-vous. En effet, pour obtenir les résultats demandés, Swipebuster utilise simplement la base de données publique accessible à travers l’API de Tinder.

Capture d’écran 2016-04-06 à 11.29.31

Interrogé par le magazine Vanity Fair, le développeur anonyme de Swipebuster veut vendre une image positive de son site. Il ne s’agirait pas, assure-t-il, d’offrir le moyen d’espionner des utilisateurs qui espéraient une certaine confidentialité.

Selon lui il s’agit au contraire d’une façon de responsabiliser les internautes sur le partage excessif des données. « Il y a tellement de données personnelles rendues publique sans que les personnes elles-mêmes en soient conscientes », regrette-t-il. Mais la cause ne pourrait éventuellement paraître « noble » que si elle n’était pas monétisée…

Un porte parole de Tinder a pour sa part réagi à Swipebuster en assumant le fait que « les informations de recherches qui apparaissent sur les profils des utilisateurs de l’application sont publiques », avant d’ajouter, non sans humour, que « si vous désirez savoir qui est sur Tinder, je vous recommande d’économiser votre argent et de télécharger gratuitement notre application ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés