Nous avons posé les mains sur Unravel, un petit jeu d'origine indépendante propulsé par le géant Electronic Arts. Cocktail suffisant pour ce titre laineux disponible sur PS4 ?

Depuis plusieurs années maintenant les gros éditeurs et constructeurs ont tendance à mettre en avant des partenariats avec quelques studios de taille plus modeste. Electronic Arts a donc jeté son dévolu sur le studio suédois Coldwood Interactive et son projet Unravel, présenté en grandes pompes lors de l’E3 2015 entre deux trailers de FIFA et Battlefield.

Unravel est un jeu oscillant entre le plateformer et le jeu de puzzle. Notre héros est une petite poupée de laine appelée Yarny, dont la quête est de rassembler les meilleurs souvenirs d’une vieille dame nostalgique. La maison constitue le point central du jeu, d’où partent les différents niveaux représentés sous forme de photos souvenir. La quête de Yarny l’amène à explorer les lieux d’où ont été prises les photos pour y récolter des petits objets de laine rouge et ainsi remplir un livre de souvenir.

Des obstacles se dressent cependant sur la route du petit bonhomme, qui devra faire usage de son corps de laine pour progresser. Attention toutefois, la laine n’est pas une denrée infinie, chaque pas de plus pour Yarny laisse derrière lui un filet, réduisant petit à petit son corps. Si on ne trouve pas de bobine sur le chemin pour gonfler sa taille, l’aventure s’arrête là.

unravel-fin-niveau

Tricoter n’est pas jouer

Tout le gameplay d’Unravel réside autour de cette thématique du lancer de laine. Comme pour tout jeu de plateforme , on dispose d’un bouton pour sauter. Un autre est assigné pour attacher les fils à divers endroits stratégiques pour y faire des points d’ancrage servant à se balancer, créer des ponts, des lianes etc.

La gâchette droite de la manette permet de lancer des fils de laine pour les accrocher à distance, la gâchette gauche quant à elle sert à saisir les fils pour par exemple remonter des parois, ou encore rembobiner un peu de fil pour économiser ses ressources. Enfin, un autre bouton servira à saisir les objets qui se dresseront sur votre chemin et qui vous aideront dans votre progression.

1454554822878

Une difficulté mal dosée

Nous l’avons dit plus haut, Yarny est un subtil mélange entre le jeu de plateforme et le jeu de puzzle. Il ne faudra donc pas s’étonner de rencontrer des ennemis sur le bord de la route, essentiellement incarnés par la faune environnante. La mise en place d’ennemis dans Unravel rajoute une autre dimension dans la résolution d’énigmes, qui demeure le cœur du jeu, mais dont les éléments ont tendance parfois à pêcher. Les puzzles sont en effet relativement faciles à résoudre dans la majeure partie des cas, et requièrent souvent davantage de maîtrise du gameplay qu’un véritable échauffement des méninges.

À l’inverse, une fois que l’on arrive sur de vraie énigmes, celles-ci s’avèrent relativement corsées, si bien que l’on a du mal à distinguer la cible exacte d’Unravel. Est-ce un jeu d’énigmes pour de jeunes joueurs, ou au contraire pour des joueurs plus avancés ? Un souci d’équilibrage de la difficulté qui laisse parfois le joueur perplexe : il arrivera que l’on reste en effet bloqué sur un puzzle en théorie simple mais qui s’avère être une véritable plaie dans l’exécution.

unravel-secret-07

Rien que pour vos yeux

On ne pourra toutefois pas enlever à Unravel sa direction artistique extrêmement efficace. Les musiques douces accompagnent notre périple sans pour autant prendre une place trop conséquente, elles parviennent même parfois à se faire oublier tant on est absorbé par la résolution des puzzles. Le moteur PhyreEngine permet à Unravel d’adopter des graphismes d’un détail et d’une minutie à couper le souffle. La physique d’Unravel est également relativement bien exécutée. On ne note pas d’aberration gravitationnelle par rapport à l’usage des fils de laine : on sent que l’on s’approche techniquement d’une animation presque naturelle, contrairement à Yarny qui lui, reste toutefois assez rigide à certaines occasions.

Quelques bugs ont été relevés, notamment l’absence de lancement d’une cinématique à la fin du premier niveau, obligeant à recommencer celui-ci depuis le début. Outre ce petit bémol, Unravel est un jeu qui semble avoir été largement peaufiné dans un souci de rendu visuel quasi irréprochable. Le scénario quant à lui reste assez simple, un peu en retrait. Si les graphismes participent à la mise en lumière de la poésie et du sentiment nostalgique d’Unravel, le voyage de Yarny à travers les souvenirs de sa vieille maîtresse ne suscite pas vraiment d’émotion, et encore moins d’empathie durant le périple.

Il faudra donc plus prendre Unravel comme une expérience de douceur et de charme plutôt qu’une véritable histoire poignante et bouleversante.

Unravel coûte 19,99 € sur le PlayStation Store.

Unravel - PC

En bref

Unravel - PC

Si l'on peut largement applaudir Unravel pour sa performance technique, sa poésie et sa beauté, on ne peut pas vraiment dire qu'il s'agit là d'un jeu de puzzle mémorable. Unravel offre une expérience plaisante pour les yeux, et les oreilles, mais les énigmes d'une difficulté irrégulière sont davantage concentrées sur la bonne exécution des pirouettes de Yarny que de véritables casse-têtes qui bousculent les neurones. Unravel est à vivre comme un voyage nostalgique, une promenade solitaire, exécutable en une bonne demie-douzaine d'heures si l'on prend le temps d'apprécier son charme.

Top

  • Très bonne direction artistique
  • Physique convenable
  • Bonne durée de vie

Bof

  • Difficulté irrégulière
  • Puzzles trop orienté sur les mécaniques de jeu
  • Quelques bugs

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés