La justice turque a décidé de reporter le jugement qui devait dire si le personnage de Gollum est sympathique ou détestable.

C’est ce mardi que la justice turque devait rendre une décision que le monde entier attend avec impatience. Elle devait dire avec le plus grand sérieux qui soit si le personnage de Gollum dans le Seigneur des Anneaux est un être bon ou méchant, positif ou négatif. De la réponse à la question dépend l’issue d’un procès pénal intenté contre un professeur de médecine accusé d’avoir publié un montage insultant contre le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le montage avait été publié sur Internet sans commentaires, mais mettait côte à côte des postures de Gollum et du président Erdogan, dans une volonté claire de les mettre sur un pied d’égalité. Or il n’y a insulte au président de la République que si Gollum est effectivement un personnage qu’il faut détester ou dont il faut se moquer, ce qui fait débat dans la communauté des lecteurs de Tolkien.

L'objet du procès
L’objet du procès

Gollum peut en effet être vu comme un personnage foncièrement gentil et attendrissant, corrompu par le pouvoir maléfique de Sauron à travers l’Anneau auquel il n’arrive pas à résister, qui n’est donc pas responsable de ses actes. Ou il peut être vu comme un être mauvais, qui cède à ses pulsions et fait passer ses intérêts particuliers au dessus de la Communauté (certains parlent aussi d’un personnage chaotique neutre, en empruntant aux règles de Donjons & Dragons).

Pour trancher l’affaire, la justice avait demandé à un collège de trois experts de rendre leurs conclusions. L’avis de la majorité l’emporterait, sauf contestation des expertises. Mais mardi, le tribunal a constaté que sur les trois experts commissionnés, un seul a rendu son rapport — preuve, peut-être, que la réponse n’est pas simple à apporter.

Le tribunal a donc ajourné ses travaux et reporté sa décision au 12 mai 2016. Le parquet réclame six mois de prison.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés