Sorti en mai 2015 sur PC, Not a Hero est désormais disponible sur PS4 et PS Vita. Voici notre petit test préparé pour l'occasion.

Après s’être démarqué avec OlliOlli premier et deuxième du nom, l’équipe de Roll7 nous revient cette fois avec Not a Hero, un jeu d’action de type run-and-gun en 2D où effusion d’hémoglobine et humour crétin sont de la partie, le tout sur fond de campagne électorale déjantée.

L’histoire de Not a Hero se déroule à Londres, où les campagnes électorales pour le poste de maire de la ville font rage. BunnyLord, une espèce d’humanoïde à tête de lapin mauve se présente comme candidat et compte bien gagner pour éviter, selon lui, une apocalypse de grande envergure. Pour l’aider à gagner des voix et conquérir les urnes, BunnyLord est accompagné de militants un petit peu spéciaux.

Réduire considérablement le taux de criminalité de la ville… en butant tout le monde

Ces engagés politiques vont entre autre faire en sorte d’accomplir la plus grande promesse de BunnyLord dans sa campagne : réduire considérablement le taux de criminalité de la ville… en butant tout le monde. Les élections sont dans 21 jours, qui constituent autant de niveaux et de missions à accomplir pour faire de BunnyLord le nouveau maire de Londres.

« Moi président »

Pour ce faire, on y incarne donc dans un premier temps Steve, meilleur ami de BunnyLord et activement engagé dans la campagne du grand lapin. Steve a pour mission de démanteler les plus gros gangs qui sévissent dans la ville en tuant ses membres. De la mafia russe à la triade yakuza, en passant par les lascars dealers de drogue, tous sont sur le petit Death Note de BunnyLord.

D’autres personnages autres que Steve suivront au fur et à mesure de l’avancée du jeu, et auront eux aussi leur caractéristique propre. Steve est par exemple un effroyable mercenaire doté d’une grande précision de tir, mais qui a besoin de temps pour recharger. Les autres personnages complémentaires pallieront ce point négatif en étant par exemple, comme Sammy, capable de recharger tout en courant, mais doté d’une précision moins efficace

Not-A-Hero-Roll7-0518-03-1280x720

Le gameplay de Not a Hero est relativement simple. Les gâchettes de droite ou la touche triangle servent à tirer. Une touche est associée à la recharge de munitions, une autre sert balancer les armes secondaires comme les grenades ou les mines, et la touche X vous permet d’effectuer moult glissades et de vous mettre à couvert.

C’est dans ces grandes glissades que réside la principale caractéristique différenciante du gameplay, le rendant très énergique. Aucune touche n’est disponible pour sauter, ce qui est dans un premier temps un peu perturbant. Il semble que les développeurs de Roll7 aient plutôt misé sur le potentiel speedrunning du jeu en y intégrant cette fameuse glissade, qu’il est insidieusement recommandé de spammer pendant la progression des niveaux.

ÉLECTIONS MUSCLÉES

Chaque niveau est en effet composé de 3 objectifs secondaires »en plus de l’objectif principal de la mission. Atteindre ces objectifs permet d’augmenter la popularité de BunnyLord et les pourcentages d’intention de vote. Ils ne sont cependant pas indispensables pour terminer le niveau : seule la mission principale compte. Les objectifs sont variés et permettent de pimenter le level design que l’on pourra facilement trouver redondant.

Chaque mission se passe en effet dans des bâtiments ou des hangars, dans lesquels on doit descendre ou monter des escaliers, ouvrir des portes verrouillées ou contourner celles-ci en passant par les fenêtres du bâtiment. C’est à peu près tout ce qu’on rencontrera pendant 21 niveaux, en termes de design. Les powerups tels que les balles laser ou perforantes permettront de s’éclater un peu dans le zigouillage de mafieux, possédant eux aussi certaines particularités avec lesquelles il faudra moduler.
1261238580251030192

Facilement comparé à un Hotlime Miami en vue latérale, Not a Hero se démarque surtout, ou du moins tente de le faire, par son univers décalé à l’humour absurde. Humour qui se retrouve malheureusement un peu poussif à plusieurs reprises et pas vraiment efficace si on est un afficionado de ce type de blagues, ou si au contraire on n’en est pas du tout friand. Not a Hero s’essaye souvent à faire dans l’humour un peu absurdo-what the fuck sans, la plupart du temps, parvenir à faire mouche. Mais c’est une question de goût…

le lapin qui tousse

Not a Hero est un titre qui ne possède pas de réelle tare technique : il faut juste savoir apprécier le style de jeu, l’univers et/ou être dans l’humeur adéquate pour le faire. Ce qui n’était pas le cas pour nous et la sauce n’a malheureusement pas pris, même si on sent clairement que ce serait injuste de le condamner pour autant et de le classer dans les jeux qui ne méritent qu’un bof.

Not-A-Hero-Screen-9

Reste que les petites blagues et l’univers de Not a Hero tombent un peu à plat : il faut faire un effort pour entrer dedans et se laisser emporter par le gameplay. Le jeu a l’avantage d’être dynamique, précis, et se prête très largement à la rejouabilité, voire au speedrun pour les joueurs avides de défis. Et il y en aura.

Sur PS4,

Not a Hero (PS4)

En bref

Not a Hero (PS4)

Avec son gameplay nerveux et fun, sa rejouabilité et son esthétique rétro maîtrisée, on sait voir à Not a Hero des qualités indéniables. Pourtant, l'univers du jeu -- et son humour -- ne toucheront pas tout le monde et cela pourrait aller jusqu'à vous gâcher la partie : c'est ce qui nous est malheureusement arrivé. 

Top

  • dynamique
  • gameplay original
  • bon potentiel de speedrun

Bof

  • humour pas vraiment efficace
  • level design redondant
  • il faut aimer les die and retry

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés