Le collectif Alinéaire a présenté à la fin de l'année 2015 une exposition traitant de la question de la migration par le biais des jeux vidéo.

Nous l’avions évoqué dans l’article dédié aux événements et expositions consacrés au jeux vidéo : la bibliothèque de Václav Havel à Paris recevait en novembre dernier le projet du collectif Alinéaire, traitant de la migration à travers le prisme du jeu vidéo.

Aujourd’hui, Alinéaire revient sur cette exposition avec une vidéo de 5 minutes, retraçant les démarches de ses acteurs et la mise en place de l’expérimentation vidéoludique. À cette occasion, plusieurs créations ont été présentées.

La conscience par le jeu

DataCore est l’un de ceux-là. Il s’agit d’un jeu qui propose aux personnes qui passeront devant l’écran d’y créer un petit pixel. Il sera soumis à une sorte de loi de la gravité virtuelle et commencera à tourner, accompagné d’autres petits pixels. Ces points colorés en fonction du temps et de l’espace où il ont été créés formeront une sorte de planète qui, une fois qu’elle aura atteint sa taille maximale, s’effondrera.

CH3wDSyUsAEIl2_

Fuir la guerre quant à lui, est un jeu expérimental qui cherche à représenter le joueur dans la peau d’une famille migrante en passant par toutes les étapes, de la vie calme et paisible jusqu’à l’éclatement du conflit, du départ, voire de la mort. Fuir la guerre se joue avec deux écrans mis côte à côte à la verticale. Les deux écrans jouent exactement la même scène, avec cependant une colorimétrie différente et quelques différences de règles. L’un des écran est en facile, l’autre en difficile. Il démontre comment des milliers de familles vivent les mêmes obstacles et les mêmes horreurs, où la mort peut frapper n’importe qui, n’importe quand.

D’autres jeux un peu plus « spatiaux » étaient également exposés, comme Les marches de la demande d’asile et Destin broyé, intimement liés puisque le premier démontre, à travers les marches d’un escalier, les différentes étapes requises pour qu’un migrant sans-papiers puisse espérer obtenir sa demande d’asile. Le second consiste à remplir un formulaire lié à ces étapes et voir son autorisation ou son refus se faire broyer sous ses yeux.

alineaire

« Nous essayons à travers les jeux vidéo de provoquer une expérience particulière chez le joueur, pas forcément ludique et pas forcément celle que l’on pourrait attendre d’un jeu vidéo, mais surtout de créer un certain malaise, explique dans la vidéo Rémy Sohier, fondateur d’Alinéaire, on propose d’être à la place de migrants (…) et de mettre face à une situation qui est : la difficulté qu’on veut vivre en tant que migrant.  »

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos