Pour les fêtes, Netflix a sorti le premier épisode de la saison 1 de sa série Fireplace for your Home. Contre toute attente, le populaire service de vidéo à la demande nous a déçu. Découvrez pourquoi dans notre critique.

Hier soir, aux alentours de 23 heures, j’ai terminé l’excellente saison 2 de Fargo et son final au fantastique clin d’œil qui entre dans le panthéon des easter eggs bien maîtrisés. Pas fatigué pour un sou, j’ai commencé à faire ce que je préfère faire sur Netflix : me balader sur l’interface sans rien regarder. Et c’est en tombant sur la sélection spéciale de Noël qu’une vignette a immédiatement attiré mon regard. Une saison d’une série dont je n’avais jamais entendu parler, nommée Fireplace for your Home. Étant d’habitude facilement fasciné par le feu, je me suis dit que ce serait l’occasion de mélanger un Netflix Originals de qualité et la magie de Noël, dans un show qui pourrait surprendre.

Capture d’écran 2015-12-18 à 11.58.22

L’épisode 1 de la saison 1, nommé sobrement « La bûche de Noël » en référence à du bois coupé dure exactement une heure et 12 secondes, ce qui m’a conduit à penser que ce serait une production à la Black Mirror, où les épisodes sont en fait des courts-métrages qui tournent autour du même thème. Tant mieux, c’est un format que j’adore.

Mais ce n’était que le début de ma déconvenue. Si les premières minutes de Fireplace for your Home rivalisent sans mal en contenu avec l’introduction d’Inland Empire de David Lynch, la suite est particulièrement déroutante. En effet, l’épisode n’est en fait qu’un plan séquence d’une heure sur un feu de cheminée, qui ne bat donc même pas le très bon Victoria au niveau de la prouesse technique.

Au niveau des dialogues et des personnages, c’est aussi une déception : il n’y a que le feu qui vit sa vie de feu de cheminée dans une interprétation post-réaliste de ce rôle, déjà joué de nombreuses fois avec brio sur grand écran, comme dans Les Moissons du ciel de Terrence Malick. La musique, de mauvaise qualité, a au moins le mérite de changer et on se plaît à fredonner quelques airs connus, notamment autour de la quarantième minute. Dommage que la réalisation ne vienne pas relever le tout : le cadre est bien trop bas et coupe les flammes les plus hautes, alors que le bas de la cheminée, sans grand intérêt cinématographique ou philosophique, est lui, toujours visible. On se sent anormalement lassé quand l’écran vire au noir.

Il n’y a que le feu qui vit sa vie de feu de cheminée dans une interprétation post-réaliste de ce rôle

C’est donc une tentative ratée pour Netflix qui manque l’occasion des fêtes pour proposer du contenu original de qualité sur sa plateforme, ce que tout client attend. Nous ne pouvons donc que vous conseiller d’éviter ce premier épisode de Fireplace for your Home pour votre réveillon. En espérant que l’épisode 2, « Feu de cheminée qui crépite » rattrape le coup pour ce show qui s’annonçait pourtant prometteur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés