La Hadopi souhaite conduire une étude pour évaluer les limites actuelles qui posent un problème aux lecteurs de livres numériques.

Comment le lecteur perçoit-il les limitations d’usages qui existent dans le secteur du livre numérique ? Voilà la question qui sera au cœur de l’enquête que la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) entend organiser, mais pas elle-même. L’institution entend confier ce travail à un tiers spécialiste de l’étude de marché.

C’est pourquoi la Haute Autorité a fait publier le 23 novembre, sur le bulletin officiel des annonces de marchés publics, un avis pour trouver un prestataire capable de conduire une étude sur la manière dont le lecteur perçoit les restrictions existantes dans le milieu de l’ebook. Il est indiqué que la durée du marché est de six mois, non reconductible.

livre-ebook-book
CC Josu González

S’il faudra patienter jusqu’à la fin de cette enquête pour en connaître les conclusions, on devine dès à présent que les outils de gestion des droits numériques (DRM pour digital rights management) seront sans doute mentionnés comme l’une des grandes limitations qui existent dans le secteur des livres numériques, avec vraisemblablement la question du prix de vente.

Ces deux points étaient ressortis dans une précédente étude conduite pour le compte de la Hadopi en 2014. Menée en partenariat avec le groupement pour le développement de la lecture numérique (GLN) et réalisée avec l’Ifop, elle montrait qu’un quart des lecteurs font attention à la présence ou non de DRM et un tiers a déjà converti un fichier de livre pour le rendre lisible dans un autre format.

livre-ebook-e-book
CC Sebastien Wiertz

Il était également indiqué à l’époque qu’un tiers des sondés n’achetait pas d’ebook parce que le prix était trop élevé et que 59 % des lecteurs trouvaient de façon générale les livres numériques trop chers. En conséquence d’une tarification jugée inadéquate, un tiers des sondés a admis se procurer des ouvrages en piratant, partiellement ou exclusivement.

La mission que propose la Hadopi sur le bulletin officiel des annonces de marchés publics illustre les tâches annexes que mène la Haute Autorité en plus de la riposte graduée. En effet, l’institution doit en particulier encourager le développement de l’offre légale mais aussi procéder à une régulation des DRM et de toute mesure de protection des droits, afin de tenir compte de l’intérêt du public.

Partager sur les réseaux sociaux