La Content Creators Coalition (C3) veut défendre l'intérêt des artistes musicaux sur YouTube en sensibilisant le public. La filiale de Google est dans le viseur de ces créateurs qui l'accusent d'être loin du compte en matière de partage des revenus.

La Content Creators Coalition est une organisation caritative qui tend à sensibiliser les Américains et les pouvoirs publics aux enjeux de la création musicale. Cette semaine, le collectif a décidé de réaliser de courtes vidéos à l’adresse des consommateurs, mais également de Google sur le partage des revenus dans le monde du streaming.

Deux spots ont ainsi été réalisés et seront diffusés grâce au programme publicitaire de YouTube avant des vidéos. L’organisation compte investir dans la pub pour mettre en lumière son message auprès des Internautes.

Melvin Gibbs, président de la C3 et bassiste accompli, explique : « YouTube et Google ont spolié les artistes tout en gagnant des milliards de dollars grâce à leur musique. Les artistes savent que YouTube peut faire mieux. Alors plutôt que se protéger grâce à des lois dépassées [le DMCA] ils devraient travailler avec les artistes afin de leur donner plus de contrôle sur leur musique et payer les créateurs plus équitablement.  »

Le collectif compte en outre faire remonter leur grogne jusqu’au Capitole, espérant voir le Congrès s’attaquer au chantier de Digital Millennium Copyright Act (DMCA) qui, selon la C3 serait « une négligence légale qui donne aux grands de la tech bien trop de pouvoir sur le travail des artistes.  »

La première vidéo parle des différences de revenus entre le streaming musical payant, comme Spotify ou Apple Music, et YouTube qui ne donnerait « que quelques centimes  ». La seconde vidéo tacle Mountain View sur le respect des droits d’auteur : la politique laxiste en matière de retrait des musiques n’appartenant pas aux utilisateurs qui les publient y est dénoncée. Dans la saynète, le faux représentant du service de Google propose aux artistes de signaler chaque vidéo enfreignant leurs droits, laissant l’artiste exaspéré : « Vous avez des milliards d’utilisateurs, comment je suis censé surveiller tout ce qu’ils publient ?  »

Melvin Gibbs accompagne cette campagne d’une tribune dans Billboards à l’adresse des fans, des dirigeants de la Silicon Valley et des parlementaires.

Partager sur les réseaux sociaux