Son témoignage avait ébranlé jusque dans les plus hautes strates d'Uber en février 2017. L'histoire de Susan Fowler, ancienne ingénieure de la startup, et victime de ses dérives sexistes, s'apprête à être adaptée sur grand écran.

En 2017, le navire Uber s’est retrouvé pris dans plusieurs tempêtes, manquant de chavirer à maintes reprises. Outre les accusations de vol de technologie ou les règles restrictives imposées par certaines villes, le service de VTC a surtout traversé une crise interne profonde, engendrée par la culture d’entreprise sexiste du groupe — jusque dans ses plus hautes strates.

C’est en février qu’une ancienne ingénieure d’Uber, Susan Fowler, a jeté un énorme pavé dans la marre en prenant la parole pour raconter son expérience du sexisme dans l’entreprise, dénonçant une année de pratiques douteuses. Elle évoque le sexisme assumé de son manager et de plusieurs autres hommes, ainsi que l’omerta du côté de ses supérieurs et des ressources humaines d’Uber.

Un témoignage transposé à l’écran

Ce témoignage, publié sur le blog personnel de l’ingénieure, inspire désormais un film. C’est la société de production Good Universe qui s’apprête à transposer à l’écran l’histoire de Susan Fowler, par ailleurs impliquée dans la réalisation du long-métrage. Le scénario serait confié à Allison Schroeder, qui a déjà travaillé sur le script du film Les Figures de l’ombre.

L’annonce ce film intervient alors que plusieurs victimes viennent de prendre la parole pour dénoncer l’omerta de l’industrie cinématographique à l’égard de certains de ses membres influents, accusés de comportements sexistes, voire de viols et d’agressions sexuelles dans le cas d’Harvey Weinstein.

Les dérapages à répétition au sein des plus hautes sphères d’Uber ont conduit la société à entamer un grand ménage dans ses rangs, à commencer par le départ de Travis Kalanick, le CEO de l’entreprise. Une crise qui a durablement écorné l’image de la startup : les clients qui ont désinstallé l’app pour des raisons éthiques ne sont pas revenus sur leur décision.

Partager sur les réseaux sociaux