Kwon Oh-hyung, le PDG de la filiale Samsung Electronics, a annoncé aux employés sa démission du groupe. Le dirigeant quittera ses fonctions en mars, et évoque une décision murement réfléchie à la suite de la crise dans laquelle le géant coréen peine à sortir.

Corruption, évasion fiscale, abus de pouvoir, et cinq années de prison. La sentence est tombée en août 2017 pour l’ex-dirigeant de Samsung — soit une peine moins longue que celle que le procureur avait requise quelques jours plus tôt. Une fois le procès de Lee Jae-yong clôt, le long feuilleton juridique sud-coréen aurait pu prendre fin. Or, la crise semble bel et bien continuer dans les plus hautes strates de l’empire Samsung.

Kwon Oh-hyun, PDG de la filiale Samsung Electronics depuis 2012, vient en effet d’annoncer sa démission. À compter du mois de mars 2018, il quittera ses fonctions à la direction du groupe, ainsi que son fauteuil au conseil d’administration de Samsung Display.

« Une crise sans précédent »

« C’est quelque chose auquel je songe depuis longtemps. Cela n’a pas été une décision facile, mais je sens que je ne peux plus la retarder. Alors que nous sommes confrontés à une crise sans précédent, je pense que le temps est venu pour l’entreprise de prendre un nouveau départ, avec un nouvel esprit et un leadership rajeuni pour mieux répondre aux challenges qui émergent dans cette industrie informatique qui change rapidement », a écrit Kwon Oh-hyun dans une lettre destinée aux employés de l’entreprise.

HQ Samsung, Séoul // Samsung

La fameuse « crise » évoquée par le PDG dans ce courrier fait référence à la succession d’événements qui ont conduit, en février dernier, à la mise en détention de Lee Jae-yong. Ce dernier était alors suspecté d’avoir contribué à des dons d’argent en direction d’une association, créée par la secte L’Église de la vie Éternelle.

Or, la fille du créateur de cette secte, Choi Soon-sil, se trouvait avoir une relation amicale avec la Présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye. Or, Choi Soon-sil était suspectée d’avoir profité de ses liens avec la présidente pour tenter de la manipuler, et faire entrer dans la secte des millions de dollars en provenance d’entreprises privées.

Samsung Electronics n’était pas concerné par les affaires de Lee Jae-yong

Bien que Lee Jae-yong n’ait pas joué de rôle dans les affaires de Samsung Electronics, le départ annoncé de Kwon Oh-hyun semble laisser deviner que le scandale a eu des répercussions en interne. Peut-être le leader coréen du smartphone cherche-t-il à redorer son blason, en renouvelant les postes clés de ses plus hautes strates.

Partager sur les réseaux sociaux