Des dizaines de milliers de citoyens turcs auraient été inquiétés par le très autoritaire pouvoir d'Erdogan pour avoir téléchargé ByLock, une messagerie chiffrée. Certains ont été relâchés, d'autres ont été enfermés.

Une consultation juridique londonienne, William Clegg QC et Simon Baker, a été mandatée par des opposants du président Erdogan pour expertiser la situation de 75 000 Turcs inquiétés par la justice nationale. Ils auraient, simplement, été des utilisateurs de ByLock, une messagerie chiffrée jugée illégale par le régime turc.

Selon le gouvernement turc, les utilisateurs de l’application seraient reliés à Fethullah Gülen, exilé aux États-Unis et désigné par le pouvoir comme instigateur du coup d’État manqué qui a permis la bascule autoritaire de la Turquie.

Violations des droits de l’homme

Les deux juristes anglais ont examiné les différents procès menés contre des prétendus gülenistes ainsi que les rapports du renseignement turc sur ByLock pour parvenir à leurs conclusions : au moins 75 000 turcs ont été inquiétés pour avoir utilisé l’application mobile. En matière de droits de l’homme, les deux juristes analysent une violation grave, touchant aux libertés fondamentales, aux frontières de l’Europe. La Turquie, signataire de la convention européenne des droits de l’homme, violerait durablement et gravement ce texte fondamental depuis le coup d’État.

La détention d’utilisateurs d’une application de chiffrement serait contradictoire avec l’article 5 — « Droit à la liberté et à la sûreté » — et plus généralement, arbitraire.

En outre, il est souligné à plusieurs reprises que le lien entre l’application et la participation au coup d’État est injustifié, voire inexistant. L’application étant utilisée dans plus de 41 pays par des centaines de milliers de personnes, la version turque selon laquelle l’application serait réservée strictement aux gülenistes est une fiction peu étayée.

Logo de TrueCrypt, un outil de chiffrement open source.

Dans le Guardian, Thomas Moore, investigateur numérique anglais, ajoute à propos de l’app : « Elle a été téléchargée plus de 600 000 fois entre avril 2014 et avril 2016 par des utilisateurs partout dans le monde. À mon sens, c’est un contresens de considérer que sa disponibilité a été restreinte à un groupe de personnes particulier.  » En somme, comme Telegram ne peut être strictement lié à l’état islamique, ByLock ne peut être lié aux dissidents.

Parmi les utilisateurs détenus, les avocats londoniens comptent des magistrats, des avocats, des officiers, des journalistes et des écrivains. Certains fonctionnaires ont perdu leur emploi pour avoir utilisé l’application chiffrée. Privacy International résume « être arrêté pour utiliser le chiffrement, c’est comme être arrêté pour avoir fermé votre porte à clef.  »

Partager sur les réseaux sociaux