Elon Musk a réagi au discours de Vladimir Poutine sur l'IA, en allant dans le sens du président russe : il voit dans cette déclaration les signes d'une potentielle guerre mondiale provoquée par la course à l'intelligence artificielle et centrée sur celle-ci.

« Ca commence…  » lâche Elon Musk en évoquant les récents propos de Vladimir Poutine, qui a décrété que les nations leaders de l’intelligence artificielle domineront le monde.

L’entrepreneur précise ensuite : « La Chine, la Russie, et bientôt toutes les puissances informatiques. La compétition pour la supériorité en matière d’IA à un niveau national pourrait à mon avis être la cause la plus probable d’une Troisième Guerre mondiale  »

Redistribution des cartes géopolitiques

Inquiet de longue date au sujet de l’intelligence artificielle, le patron de Tesla explique en outre que cet avancement technique pourrait donner à un pays marginalisé sur la scène internationale un pouvoir supplémentaire, à l’image des nations disposant de l’arme nucléaire.

Un avantage stratégique qui permettrait  à l’IA elle-même de frapper les leaders que nous connaissons de manière préventive, en décidant qu’il s’agit là d’une voie vers la victoire crédible.

La référence à la Chine et la Russie est évidente, puisqu’il s’agit de leaders émergents en quête d’influence et de domination, notamment militaire. La Russie est en outre déjà engagée dans la création informelle d’une cyberarmée composée de ses fameux hackeurs, faisant régner la terreur en Ukraine. L’ingénieur considère par ailleurs que l’IA serait à terme plus inquiétante que l’arme nucléaire, qu’il juge anecdotique dans les mains de Kim Jung-Un, considérant l’impossible survie du régime coréen s’il devait lancer un tel missile sur ses ennemis.

Inquiet à toute heure du jour et de la nuit — il était 23h lorsque l’homme derrière Paypal évoquait cette potentielle nouvelle guerre mondiale — Musk a également enjoint les Nations Unies à se lancer dans une réglementation sévère des armes autonomes. Il rejoignait ce faisant une centaine de personnalités appelant à une interdiction claire de ces dernières, au risque sinon de ne plus pouvoir refermer ce qu’il appelle une « boîte de Pandore  ». À la manière des technologies nucléaires, les armes autonomes modifieraient profondément les rapports de force mais également la guerre.

Boston Dynamics
Boston Dynamics, une entreprise américaine travaillant avec la DARPA

Elon Musk a notamment déjà argumenté que les conflits pourraient devenir beaucoup plus rapides que ceux entre humains, et qu’à terme, les armes autonomes devront avoir les coudées franches pour attaquer et défendre. Une telle situation rendrait la compréhension des guerres particulièrement difficiles pour les humains, obligeant les machines à prendre davantage de responsabilités dans les choix militaires.

Partager sur les réseaux sociaux