La réunion de l'IETF, structure chargée de normaliser les protocoles du réseau des réseaux, qui devait avoir lieu initialement aux États-Unis en juillet 2018 se déroulera en fin de compte au Canada. La politique migratoire de Donald Trump est en cause.

La nouvelle politique migratoire que cherche à mettre en place Donald Trump depuis le début de son mandat provoque des dégâts collatéraux insoupçonnés. Alors que le président américain s’emploie à empêcher que des ressortissants de divers pays à majorité musulmane puissent entrer aux États-Unis, il ne s’attendait sans doute pas à pousser certains de ses compatriotes à s’exiler à l’étranger.

C’est pourtant ce qu’il est en train de se passer avec l’IETF (Internet Engineering Task Force). Cette structure chargée de normaliser les protocoles du réseau des réseaux a décidé d’organiser sa prochaine réunion au Canada, à Montréal très exactement, au lieu de se rendre à San Francisco, comme cela était prévu au départ. C’est ce qui a été annoncé le 16 juillet dans une liste de diffusion.

Réunion de l’IETF à Prague
CC Ben Campbell

« À ce stade, il est impossible de connaître ou de prévoir l’étendue des restrictions qui affectent les personnes souhaitant assister à la conférence IETF 102 dans douze mois ou le niveau d’incertitude qui existera et l’impact que cela aura sur la capacité de l’IETF d’organiser une réunion réussie aux États-Unis à ce moment-là », lit-on dans le message. L’IETF 102 doit avoir lieu en juillet 2018.

Les responsables de l’IETF réagissent ici au fameux décret surnommé « MuslimBan » qui pourraient empêcher leurs collègues vivant au Maghreb ou au Moyen-Orient de venir sans difficulté aux USA pour discuter avec leurs collègues et réfléchir sur divers problèmes ayant trait au réseau des réseaux. Officiellement, la décision de l’IETF n’est pas politique mais simplement organisationnelle.

Ville Québec Montréal
CC Leeroy

Cela fait plusieurs mois que l’IETF envisageait de délocaliser ses réunions à l’étranger du fait de la politique migratoire restrictive impulsée par l’administration. Fin janvier, un message de Jari Arkko, le président de l’IETF, Leslie Daigle, la présidente de la commission de supervision administrative de l’IETF et Andrew Sullivan, le président de l’Internet Architecture Board, évoquait cette possibilité.

La dernière réunion de l’IETF qui s’est déroulée aux USA a eu lieu du 26 au 31 mars à Chicago. Du fait de l’imminence de l’échéance au moment où l’IETF a commencé à envisager publiquement un exil à l’étranger, il était impossible pour l’encadrement de trouver un point de chute sans créer un désordre monstre dans l’organisation (en termes de réservation d’hôtel ou de billet d’avion par exemple).

Les prochaines réunions de l’IETF auront lieu en juillet, novembre et mars à Prague, Singapour et Londres.

Partager sur les réseaux sociaux