Google pourrait se voir infliger une nouvelle amende de la part de la Commission européenne, cette fois dans le dossier Android.

À la fin juin, Google s’est heurté à une forte sanction prononcée par la Commission européenne : Bruxelles a en effet infligé une amende de 2,4 milliards d’euros à  la firme de Mountain View pour avoir abusé de sa position dominante dans le domaine de la recherche en ligne. « Ce que Google a fait est illégal », a dénoncé la Commission, concluant ainsi près de sept ans d’enquête.

Désormais, Google a trois mois pour se conformer aux instructions de Bruxelles et, si le groupe échoue à rentrer dans le rang, il devra payer une astreinte quotidienne de 5 % du chiffre d’affaires moyen réalisé chaque jour au niveau mondial par Alphabet, sa société-mère, avec effet rétroactif. Cela étant, il est probable que l’entreprise ne se laisse pas faire et décide de faire un recours.

europe
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.
CC EPP

Mais l’abus de position dominante dans la recherche n’est pas le seul contentieux qui existe entre Google et la Commission européenne. Deux autres dossiers sont en cours d’instruction : la situation au niveau de la régie publicitaire de Google, AdSense, et les pratiques du groupe avec son système d’exploitation mobile, Android. Et justement, une décision pourrait survenir d’ici la fin de l’année.

C’est ce que fait savoir Reuters. L’agence de presse indique qu’un panel d’experts a été mis en place par les services européens afin de donner un second avis sur l’affaire. Si celui-ci va dans le même sens que les conclusions précédentes, alors une décision venant de Bruxelles pourrait arriver assez vite. Et là encore, c’est potentiellement une amende de plusieurs milliards d’euros qui pourrait être infligée.

Partager sur les réseaux sociaux