Plusieurs modifications ont eu lieu ces derniers jours sur Wikipédia, avec pour seul but de faire la promotion d'un moteur de recherche de liens BitTorrent. Mais les manipulations n'ont pas duré longtemps grâce à la vigilance des bénévoles.

Ce devrait être une évidence : ce n’est pas parce que Wikipédia est une encyclopédie libre et ouverte que cela donne le droit d’y faire n’importe quoi. Et pourtant. Même en 2017, des internautes continuent encore et toujours de vandaliser les pages du projet pour tout un tas de raisons, que ce soit pour y imposer un point de vue, faire sa petite autopromotion ou se défouler.

Tous les jours, les bénévoles de l’encyclopédie doivent annuler des éditions qui n’ont pas leur place. Heureusement, les outils pour surveiller Wikipédia ne manquent pas : affichage de l’historique de chaque article, conservation des adresses IP et des noms des participants, bots qui repèrent automatiquement certaines dégradations, alerte des administrateurs, verrouillage des pages…

wikipedia-wikimedia
CC Shou-Hui Wang

Ces jours-ci, ce sont des pages présentant des sites de liens BitTorrent qui ont connu une série de modifications indésirables. Torrentfreak a eu vent d’une vague d’éditions touchant les articles de Mininova, The Pirate Bay, isoHunt, ExtraTorrent, Demonoid et BTDigg sur la Wikipédia anglophone. À chaque fois, c’est la même manipulation qui a été constatée : la modification de l’encart résumant les informations du site.

Ainsi, au lieu de voir les adresses légitimes de ces sites, comme thepiratebay.org ou bien demonoid.pw, on tombait systématiquement sur une toute autre URL, celle de rapidtorrent.info. Pour tenter de faire passer la pilule, les modifications étaient parfois accompagnées, dans le corps de l’article, d’un ajout affirmant qu’en mai 2017, les gérants du site mentionné dans la page vandalisée ont lancé ce tout nouveau site.

Les contributions de 195.25.67.109.

Ce vandalisme a aussi affecté les pages dédiées à 1337x, Torrentz et KickassTorrents, comme on peut le constater en consultant le journal d’édition de 195.25.67.109, qui est l’adresse IP derrière toutes ces éditions. On remarquera au passage que ce sont ses seules interventions sur Wikipédia et qu’elles ne ciblent que des domaines qui sont bien connus des adeptes du téléchargement illicite.

À chaque fois, des justifications étaient apportées dans la zone de saisie destinée à faire comprendre rapidement aux autres participants la raison de la modification, avec l’espoir que les autres bénévoles n’y trouvent rien à dire. On pouvait lire « détails mis à jour », « nouvelle situation », « leur nouveau site web », « dernières informations » ou simplement « mise à jour ». Mais ça n’a pas suffi à duper les contributeurs.

Une page francophone touchée

À l’heure où nous écrivons ces lignes, toutes les pages de la Wikipédia anglophone qui ont été remaniées ont été remises en état.

On remarquera au passage qu’une page de la Wikipédia francophone a aussi été touchée mais pas par la même adresse IP. Il s’agit de celle consacrée à Nyaa Torrents, un célèbre tracker permettant de télécharger des dessins animés japonais. Une modification qui vise sans doute à profiter du trafic généré par les internautes essayant de trouver une solution de rechange, maintenant que Nyaa a disparu du web.

« Quelques heures après le staff lance un moteur de recherche BitTorrent : rapidtorrent sur lequel il est possible d’accéder aux anciens torrents indexés sur Nyaa », affirme 2a01:cb00:23c:d600:603f:97eb:dfce:9a4f, la première adresse IP qui a tenté de faire la promotion de rapidtorrent.info. Sa modification retirée, une autre adresse IP, 195.25.67.109, s’est alors manifestée quelques heures plus tard, sans davantage de succès.

Tentative de vandalisme sur la Wikipédia francophone.

Cette dernière affirmait dans une première modification que « le 4 mai 2017 les données du site sont de nouveau disponibles sur un service créé par l’équipe officielle du site : rapidtorrent, un moteur de recherche indexant plus de 85 000 000 de torrents ». Puis, dans une seconde intervention, elle déclarait que « le 4 mai 2017 l’équipe officiel mis en ligne un nouveau site internet : rapidtorrent, un puissant moteur de recherche de torrents ».

Selon nos constatations, aucune autre page de la Wikipédia francophone ayant trait au protocole BitTorrent n’a eu à souffrir de ce vandalisme.

Un vandalisme qui ne dure pas

Sans doute la (ou les ?) personne derrière ces adresses IP ont-elles été découragées par la vigilance des bénévoles : dans le cas des modifications survenues sur la page francophone de Nyaa Torrents, le premier vandalisme est resté plusieurs heures avant d’être retiré : il a été fait le 2 mai à 20h45 avant d’être retiré le lendemain à 14h04. En revanche, les deux modifications suivantes ont été neutralisées assez vite.

La deuxième édition a eu lieu le 3 mai à 16h07 avant d’être neutralisée à 18h50, soit 2h53 après. La dernière, survenue à 10h38 le 4 mai, a été annulée à 13h02, soit 1h24 après. Les partisans de rapidtorrent.info, qui sont invités par les responsables du site web à « les aider à partager leur URL », comme on peut le lire en page d’accueil, vont devoir trouver une autre astuce pour se faire connaître.

Car les wikipédiens et les wikipédiennes veillent.

« Aidez-nous à partager notre URL », demande le site.

Partager sur les réseaux sociaux