Evaluez votre degré de corruption avec Le Bon, La Brute et le comptable, un serious game très bien pensé, conçu par l'agence de journalisme de données Journalism ++. Tous les événements du jeu sont tirés de faits réels.

« Vous êtes la directrice de cabinet du maire d’une grande ville. Equilibrez éthique, politique et corruption pour conserver votre job. Tous les exemples du jeu sont tirés de faits réels. » L’introduction du serious game  Le Bon, la brute et le truand, signé par l’agence de journalisme de données Journalism++, donne le ton. Serez-vous capable de rester en poste sans nécessairement sombrer dans les dérives du système politique ?

Le jeu se présente sous la forme d’une conversation permanente avec différents personnages : la maire de la ville, son assistante, et, bien sûr, les différents interlocuteurs que vous serez amené(e) à rencontrer au cours de votre métier. Votre métier vous oblige à faire des choix compliqués.

Ainsi, face à un appel d’offres pour une nouvelle route, vous devez choisir entre trois offres, en sachant qu’il s’agit sans doute d’un cartel, une technique consistant, pour les industriels en compétition, à formuler des offres quasi-semblables pour que l’entreprise choisie reverse (illégalement) une partie des fonds à ses deux complices.

« Tu ne veux pas m’avoir comme ennemi »

Chaque choix entraîne un passage à l’année suivante. Et on comprend vite qu’il devient très difficile de rester en poste plus de quelques années lorsqu’on choisit de se montrer éthique…

Tenter de résoudre le surplus de demandes de places en HLM  auquel est confronté la maire en proposant des investissements supplémentaires au lieu de privilégier un bakchich nous vaudra un reproche bien senti : « Et comment allons-nous le financer ? Si vous continuez sur cette voie, il ne restera bientôt plus rien pour payer mes réceptions. » Sans parler des menaces ouvertes formulées par le chef d’entreprise dont vous n’avez pas voulu retenir l’offre : « Tu es nouvelle par ici, non ? Je suis le chef de Guillory Construction SARL. Sois plus prudente la prochaine fois. Tu ne veux pas m’avoir comme ennemi. »

Avec ce jeu particulièrement bien pensé, Journalism ++ espère éclairer le public sur la réalité de la corruption par un biais plus immersif et, potentiellement, convaincant : « Les choix que les utilisateurs doivent faire dans Le Bon, La Brute et Le Comptable impliquent parfois de la corruption, active ou passive. Cela ne signifie pas que tous les fonctionnaires sont corrompus. Mais cela signifie que la corruption est, en Europe, un problème systémique. »

Partager sur les réseaux sociaux