Les responsables de l'IETF (Internet Engineering Task Force) estiment que le décret pris par Donald Trump sur certains ressortissants étrangers risque de poser problème aux futures réunions des « ingénieurs d'Internet ». La délocalisation des conférences est ouvertement envisagée.

Le décrié décret très controversé pris par Donald Trump contre les ressortissants de sept pays à majorité musulmane va-t-il conduire la communauté scientifique à tenir ses prochains symposiums en dehors des États-Unis pour marquer son opposition à la politique migratoire restrictive impulsée par la nouvelle administration ?

L’idée fait son chemin.

Ce week-end, une pétition demandant la délocalisation à l’étranger de la conférence NIPS (Neural Information Processing Systems) sur l’intelligence artificielle a émergé pour que les experts venant des États placés sur liste noire puissent rencontrer leurs collègues et présenter leurs travaux.

Il y a aussi eu l’appel du directeur de la recherche chez Baidu — le Google chinois — invitant ses confrères à organiser les futures réunions scientifiques en dehors des États-Unis si le décret n’est pas retiré très rapidement.

Réunion de l’IETF à Prague
CC Ben Campbell

Cette fois, c’est au tour des responsables de l’IETF (Internet Engineering Task Force), qui est une structure chargée de normaliser les protocoles du réseau des réseaux, de considérer que les USA ne sont peut-être plus une destination convenable pour tenir des colloques sur l’évolution d’Internet.

« L’IETF ne fait pas de commentaires sur la politique. Mais nous réagissons sur les sujets qui affectent l’IETF et Internet », écrivent Jari Arkko, le président de l’IETF, Leslie Daigle, la présidente de la commission de supervision administrative de l’IETF et Andrew Sullivan, le président de l’Internet Architecture Board (IAB), qui craignent que les participants soient confrontés à des difficultés à la douane.

L’IETF ne fait pas de politique mais réagit sur les sujets qui affectent l’IETF et Internet

« L’action récente du gouvernement des États-Unis visant à interdire l’entrée d’individus venant de pays bien précis suscite des inquiétudes, non seulement parce que les prochaines réunions de l’IETF auront lieu aux États-Unis, mais aussi parce que la mesure suscite de l’incertitude quant à la capacité des participants américains à l’IETF de se rendre aux réunions qui se tiennent en dehors des États-Unis et de revenir ».

« Les lieux pour les réunions de l’IETF sont systématiquement examinés quand à leur impact potentiel sur la participation des participants de différents pays », poursuivent les signataires du communiqué. Or, s’il est sans doute trop tard pour déplacer la conférence à venir, celle ayant lieu dans quelques semaines (du 26 au 31 mars)  Chicago, les prochaines pourraient bien se tenir ailleurs.

« Nous reconnaissons que nous devrons peut-être revoir l’emplacement de nos autres lieux de rendez-vous d’ores et déjà planifiés lorsque la situation sera plus claire. Nous sommes déjà en train d’examiner ce qu’il faut faire en ce qui concerne le prochain créneau qui doit avoir lieu en Amérique du Nord », concluent l’IETF. Celui-ci doit avoir lieu du 22 au 27 juillet 2018 à San Francisco.

À lire sur Numerama : Une conférence sur l’IA pourrait quitter les USA pour que des chercheurs musulmans puissent venir

Partager sur les réseaux sociaux