Tinder France dévoile les résultats de son sondage réalisé auprès de ses utilisateurs francophones à propos des primaires de la gauche. Pour chaque question posée aux internautes, le réseau de rencontres publie les choix de ses utilisateurs. Curieusement, les célibataires semblent plutôt conservateurs.

Comme lors des primaires de la droite, Tinder a réalisé un sondage express sur son application grâce à son hub Swipe the vote. Cette fois-ci, le réseau orientait son mini sondage sur les primaires de gauche et les propositions phares discutées lors de ce scrutin. Et si lors des précédentes primaires, les internautes utilisant l’application avait plébiscité NKM pour ses positions progressistes, les résultats de cette édition sont plus nuancés.

Notons que ce sondage n’a que peu de valeurs en dehors de Tinder et représente seulement un échantillon réduit de l’opinion des utilisateurs de l’application de rencontres. Par ailleurs, Tinder n’évoque pas le nombre de participants à son enquête, soulignant ainsi le caractère plus éducatif qu’informatif de son sondage.

En effet, pour le réseau, Swipe the vote est d’abord une opportunité pour intéresser les jeunes internautes — Tinder a une majorité d’utilisateurs entre 18 et 34 ans — à la politique.

Toutefois, ces résultats se montrent plutôt à contre courant de certains préjugés sur l’opinion des jeunes connectés urbains. En effet, selon le sondage de Tinder, ils sont ainsi 71 % à penser que la dépénalisation du cannabis — proposée par Benoit Hamon — est une mauvaise chose.

Sur le travail, les réponses montrent également que les utilisateurs seraient plutôt enclin à voir une augmentation du temps de travail en France (64 %). Enfin, sur la question du revenu universel, ils sont 62 % à se déclarer contre et seulement 28 % à envisager l’idée.

CC Parti socialiste

Les résultats du sondage de Tinder ne sont donc pas vraiment représentatifs de l’opinion exprimée dimanche dernier par les citoyens ayant voté aux primaires puisque ces derniers ont placé en tête Benoit Hamon qui porte toutes ces positions.

Autre paradoxe : il est souvent admis que l’électorat de Benoit Hamon est forcément jeune, urbain et connecté — les médias les plus condescendants ajouteront même bobo.

De notre côté, nous retiendrons qu’il ne faut pas proposer un petit joint à un date Tinder : il a 71 % de chance de le refuser et d’appeler la brigade anti-stup.

À lire sur Numerama : Swipe les Primaires de Gauche  : Tinder reprend ses sondages pour les élections

Partager sur les réseaux sociaux