La France insoumise présentait ce mercredi le dispositif qui sera utilisé par Jean-Luc Mélenchon pendant son meeting à Lyon, le 5 février, pour apparaître en même temps sous forme d'hologramme à Paris. L'équipe s'est toutefois montrée très évasive sur cette technologie.

À l’approche du meeting holographique de Jean-Luc Mélenchon, dont l’apparition physique à Lyon le dimanche 5 février sera retransmise simultanément sous la forme d’un hologramme au public réuni aux Docks de Paris, son équipe de campagne proposait ce mercredi un point presse de « présentation du dispositif ». On en ressort toutefois avec plus de questions que de détails sur la technologie employée.

Face à la vingtaine de journalistes présents pour l’occasion, l’équipe de La France insoumise a en effet préféré longuement aborder la dimension politique de l’événement — prévu comme une réaction directe aux meetings lyonnais d’Emmanuel Macron le samedi et de Marine Le Pen le dimanche –, quitte à rester très floue sur l’aspect technique du mécanisme.

« Il s’agit de mieux préserver la surprise » explique Manuel Bompard, directeur de la campagne, qui a tenu à rappeler que cette «  première mondiale » tenait à la retransmission instantanée du meeting — les précédentes utilisations politiques, de Narendra Modi en Inde à Recep Tayyip Erdogan en Turquie, ayant été réalisées depuis un studio.

Bastien Lachaud, responsable des événements, pendant son intervention

Un mystérieux prestataire français

Sophia Chikirou, directrice de la communication, s’est quant à elle félicitée du choix opéré parJean-Luc Mélenchon, qui veut associer ce progrès technologique à son discours consacré « à l’espace et aux frontières de l’humanité » : « Ce n’est pas un gadget de communication politique, Jean-Luc Mélenchon espère attirer l’attention de ceux qui sont dégoûtés de la politique tout en montrant que la science unit et qu’on peut la faire progresser lorsqu’on l’investit, comme nous l’avons fait avec notre prestataire. »

Bastien Lachaud, responsable des événements et rédacteur du livret de campagne consacré à l’espace, se refuse à révéler le nom de l’entreprise française chargée d’assurer la projection holographique, prétendument à la demande de cette dernière. Mais selon une source qui a préféré rester anonyme qui travaille au sein d’une des entreprises françaises du secteur, l’équipe de campagne n’a pas encore signé de contrat avec l’une des 5 ou 6 sociétés en compétition, soumises à un accord de confidentialité. Si la décision est attendue de « manière imminente » — à une dizaine de jours du meeting –, on comprend mieux pourquoi le secret est entretenu autour de son identité.

Bastien Lachaud a en revanche détaillé la principale avancée acquise jusqu’ici : « Quand on a commencé à travailler avec le prestataire [satellite], il nous a expliqué qu’il y aurait un décalage de 4 à 8 secondes entre ce qui se passe à Lyon et sa retransmission holographique à Paris. On a réussi, en quelques semaines, à faire en sorte qu’il soit inférieur à 2 secondes. »

Une technologie à « plusieurs dizaines de milliers d’euros »

Le dispositif est encore en cours de rodage, comme l’explique Manuel Bompard : « Honnêtement, on est vraiment en train de finaliser la prestation technique. On a fait une vérification en studio hier avec une projection enregistrée et on va faire un autre essai en conditions réelles la semaine prochaine en direct. »

Le directeur de campagne reste convaincu de l’apport de l’hologramme par rapport à une simple rediffusion du meeting par écran interposé dans une autre salle : «  Il y a une dimension d’interactivité, le sentiment d’être vraiment présent dans le meeting, qui est plus forte que dans une retranscription en 2D. […] Ça permet de toucher plus de monde, ce n’est sans doute pas l’argument principal, mais faire un discours sur la science, la technique, le progrès avec un hologramme c’est symboliquement intéressant. »

Alexis Corbière, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, sera présent sur la scène des Docks de Paris pour animer cette rencontre en cas de raté du matériel holographique, qui reste particulièrement abordable selon Manuel Bompard : « Il coûte plusieurs dizaines de milliers d’euros, sachant qu’un gros meeting, aujourd’hui, tourne autour de 400 000 euros. […] Le prix de l’hologramme ne va clairement pas faire exploser notre budget. »

L’idée d’un meeting holographique trottait dans la tête de Jean-Luc Mélenchon, « fervent lecteur de Sciences & Avenir », depuis plusieurs années. « Personne n’y croyait au début, moi le premier » s’amuse Bastien Lachaud. Les réflexions autour du dispositif ont commencé dès le début de la campagne, il y a plusieurs mois, mais le choix de cette date stratégique de la campagne présidentielle s’est fait en janvier.

Une variante de l’illusion d’optique Pepper’s Ghost ?

Les caractéristiques techniques du dispositif restent plus que floues au vu des explications fournies par Bastien Lachaud  : « La captation d’image de Jean-Luc Mélenchon effectuée [par plusieurs caméras] à Lyon sera transmise par satellite à Paris, et celle-ci sera donc transformée en hologramme à l’arrivée, sur la scène. » Le responsable des événements, qui préfère attendre de se mettre d’accord avec le prestataire pour communiquer plus en détail sur le sujet, concède toutefois son plus gros indice sur le dispositif lorsqu’il reconnaît que le « système [est] similaire » à la technique reposant sur des toiles de tulle, un tissu transparent utilisé comme support de projection.

Ce dispositif, également réalisable avec des cadres en verre, permet de créer une illusion d’optique connue sous le nom de Pepper’s Ghost. Concrètement, celle-ci consiste à faire voir au public l’image reflétée par l’écran et pas la projection directement grâce à un miroir incliné qui renvoie cette dernière au public par le prisme d’un film transparent. Ce support filtre les lumières pour faire apparaître, dans un jeu subtil de mise en scène, certains éléments et en faire disparaître d’autres. Le procédé est notamment prisé dans le monde du spectacle, comme on peut le voir sur cette vidéo particulièrement parlante de la compagnie Haut et Court.

L’entreprise allemande Musion — désormais installée à Londres — fait figure de référence dans le domaine grace à sa technologie brevetée, le Musion Eyeliner, qui a notamment été utilisée pour « ressusciter » le rappeur 2Pac sur scène ou encore pour les meetings holographiques de Narendra Modi.

Cette version moderne du Pepper Ghost’s repose sur une fine pellicule métallisée installée devant la scène, qui retransmet les images diffusées par écran LED ou un projecteur. Le public a ainsi l’impression que les éléments en question se trouvent présents devant lui.

L’équipe se dit prête à renouveler l’expérience à plus grande échelle en cas de succès

En attendant d’en savoir plus sur le prestataire retenu, la curiosité suscitée par le dispositif promet encore plus d’attention le jour J et une couverture médiatique importante. Le pari est donc déjà à moitié réussi pour l’équipe de Jean-Luc Mélenchon, qui se dit prête à renouveler l’expérience à plus grande échelle en cas de succès.

Partager sur les réseaux sociaux