Emmanuel Macron pourra compter sur l'expertise de l'ex-président du Conseil national du numérique, nommé Secrétaire d'état au numérique pour le gouvernement Edouard Philippe.

C’est en janvier 2017 que Mounir Mahjoubi quitte le Conseil National du Numérique pour rejoindre le mouvement En Marche ! Responsable de la campagne numérique puis investi pour les législatives, cet entrepreneur français a été nommé Secrétaire d’état au numérique dans le premier gouvernement d’Edouard Philippe.

Et la politique, c’est un univers que Mounir Mahjoubi a déjà eu l’occasion de fréquenter. Au cours de la précédente élection présidentielle, l’intéressé avait rejoint l’équipe de François Hollande — qui l’a nommé au CNNum pour chapeauter l’institution.

Emmanuel Macron
CC Le Web

Nommé par décret du président de la République en date du 8 février 2016 en même temps que les 29 autres membres du CNNum, Mounir Mahjoubi a ouvert plusieurs chantiers, comme la transformation numérique des universités et des PME/PMI, le suivi du la loi pour une République numérique ou encore le sommet mondial, organisé à Paris, du partenariat pour un gouvernement ouvert.

Parmi les derniers dossiers sur lesquels l’institution a dû se pencher figure le fameux décret instituant le fichier TES (Titres Électroniques Sécurisés), une base de données centrale concentrant les données personnelles et biométriques relatives aux détenteurs d’un passeport ou d’une carte d’identité.

Sur ce sujet très controversé, le CNNum a réclamé la suspension du projet et appelé à la mise en place d’une solution alternative. Dans la foulée, une consultation publique a été lancée pour recueillir les remarques des internautes et nourrir son avis qui a abouti une fois encore à un appel réclamant l’arrêt du fichier TES. Pour En Marche, Mounir Mahjoubi a été encore plus virulent à l’égard du fichier TES lors de la campagne présidentielle.

Quelques jours après la nomination du premier ministre par le président Macron, il s’est exprimé sur la création d’une cyber-armée française. C’est lui, également, qui était chargé en partie de la formation de l’équipe de campagne Macron sur le numérique, imposant des stratégies (plus ou moins fructueuses) que nous avons découvertes lors des « Macron Leaks ».

Outre ses activités politiques et consultatives, Mounir Mahjoubi a aussi touché au monde de l’entrepreneuriat avec La Ruche Qui Dit Oui !, une startup qu’il a cofondée dans le secteur de l’économie collaborative, BETC Digital, une agence dont il est devenu le directeur général adjoint, LeBridge, un réseau dédié à l’écosystème européen de startups, et a fondé en 2016 French Bureau, un studio d’innovation dédié aux grands groupes.

Politiquement ancré à gauche, Mounir Mahjoubi a été délégué syndical CFDT lorsqu’il a travaillé un temps chez Club internet en tant que technicien réseau au centre d’appel. Après avoir été encarté au Parti socialiste pendant quelques années, il contribuera à la mise en place du mouvement de la Ségosphère lors de la campagne présidentielle de 2007. Il s’éloignera par la suite du militantisme.

Le 17 mai 2017, il succède donc au bref mandat de Christophe Sirugue et à celui, plus remarqué,  d’Axelle Lemaire au poste de secrétaire d’État chargé du Numérique.

Partager sur les réseaux sociaux