Donald Trump a demandé conseil au milliardaire et magnat des médias Rupert Murdoch sur la nomination du futur président de la commission fédérale des communications.

L’avenir des télécommunications aux États-Unis dépendra peut-être des propositions que formulera Rupert Murdoch dans les jours et les semaines à venir. Donald Trump a en effet demandé au milliardaire et magnat des médias australo-américain de lui soumettre des noms de candidats pour le poste clé de président de la commission fédérale des communications (FCC).

Il faut dire qu’il va y avoir du changement à la tête de la FCC. L’actuel président, Tom Wheeler, a en effet prévu de démissionner le jour de l’investiture de Donald Trump. En toute logique, le président-élu choisira une personnalité d’obédience conservatrice — Tom Wheeler étant affilié au parti démocrate. C’est aussi du côté des Républicains que Rupert Murdoch devrait regarder s’il consent à donner ses conseils.

donald-trump
CC Gage Skidmore

Comme le pointe le New York Magazine, Rupert Murdoch est déjà très proche de Donald Trump. Son entreprise serait d’ores et déjà à la tâche pour tenter d’influencer la future administration au sujet de l’acquisition de Time Warner par AT&T pour 108 milliards de dollars, afin de la pousser à envisager de nouvelles conditions concernant l’opération, perçue comme une menace pour les intérêts de Rupert Murdoch.

Avec le départ à venir de Tom Wheeler, la FCC sera à l’avenir constituée majoritairement de membres républicains. Or, les deux actuels ont d’ores et déjà promis aux opérateurs que le cadre actuel relatif à la neutralité du net sera démantelé dès que possible. De son côté, le président-élu, qui avait déjà exprimé son hostilité à l’égard de ce principe, n’a nommé que des contempteurs de la neutralité du net dans son équipe de transition.

À lire sur Numerama : Donald Trump renforce son équipe anti-neutralité du net

Partager sur les réseaux sociaux