En Australie, la justice a condamné Steam à payer une amende de 3 millions de dollars à cause d'une politique de remboursement qui ne respectait pas la législation en vigueur.

3 millions de dollars. Tel est le montant de l’amende qui vient d’être infligée à Valve à cause de sa politique de remboursement, jugée défaillante par la justice australienne. Selon le Sydney Morning Herald, les magistrats ont imposé la sanction maximale qui était réclamée par l’autorité de la concurrence, à l’origine de l’action contre l’éditeur de la plateforme de distribution dématérialisée de jeux vidéo.

L’affaire opposant Valve au régulateur australien remonte à 2014, un an avant que le studio ne fixe de nouvelles règles pour demander le remboursement d’un titre acheté sur Steam. Désormais, un joueur peut obtenir assez facilement la restitution de ses sous si sa requête est envoyée dans les deux semaines suivant l’achat du jeu et si le temps de jeu total n’a pas excédé les deux heures.

Steam accueil

Avant cette réforme bienvenue, il était compliqué d’obtenir un remboursement. Il n’y avait pas vraiment de cadre permettant d’automatiser le processus et de savoir dans quel cas de figure il était possible d’annuler un achat. Les clients voulant se rétracter devaient contacter Valve sans avoir la certitude que leur demande serait acceptée. Il est heureux que tout cela appartienne au passé.

Au laxisme d’antan qui a contribué à faire condamner Valve en Australie s’ajoute le fait que l’éditeur ne respectait pas la législation locale et n’a pas fait preuve de beaucoup de « contrition » au sujet de l’affaire, ajoute le journal. Cette condamnation devrait obliger Valve à afficher sur la version australienne de sa plateforme de nouvelles indications plus claires et plus conformes à la réglementation en vigueur.

Partager sur les réseaux sociaux