Annoncée l'an dernier lors de la COP21, la coalition des milliardaires pour combattre le dérèglement climatique se met en ordre de bataille : un fonds est mis en place afin que des premiers investissements puissent avoir lieu l'an prochain.

Les milliardaires à la rescousse de la planète. Telle est l’idée qui se trouve derrière l’initiative « Breakthrough Energy Coalition », dont l’existence avait été annoncée le jour de l’ouverture de la conférence de Paris de 2015 sur le climat (la COP21). Un an plus tard, la coalition s’apprête à se mettre en ordre de bataille : en effet, les premiers investissements doivent arriver dès l’an prochain.

La technologie permettant le stockage durable de l’énergie devrait être l’un des tous premiers secteurs à bénéficier des dollars de la coalition, selon le site Quartz, dans la mesure où n’importe quel progrès dans ce domaine sera immédiatement profitable — ou presque — aux sources d’énergie renouvelables dont le caractère est intermittent, comme l’éolien ou le solaire.

Tout ce qui conduit à une énergie propre, bon marché et fiable intéresse la coalition

Ces deux ressources sont en effet grandement aléatoires : elles dépendent des conditions météorologiques : le vent peut ne pas souffler suffisamment pendant plusieurs jours et les rayons du Soleil peuvent également être bloqués par une épaisse couche nuageuse. L’idée de pouvoir accumuler en avance de l’énergie les jours de grand vent ou de forte luminosité permettrait de pallier les jours défavorables.

Mais de façon générale, le fonds s’intéresse « à tout ce qui conduit à une énergie propre, bon marché et fiable », commente Bill Gates, qui en est devenu le président. Il s’agit aussi de faire en sorte que les technologies sortent des laboratoires afin qu’elles puissent être testées à plus grande échelle et dans des conditions réelles, ajoute le fondateur de Microsoft. Et pour cela, il faut de l’argent.

Outre Bill Gates, la coalition rassemble plusieurs très gros investisseurs qui ont fait fortune dans les nouvelles technologies, mais pas uniquement. On trouve des figures comme Marc Benioff (Salesforce), Jeff Bezos (Amazon) Richard Branson (Virgin), Jack Ma (Alibaba), Xavier Niel (Free), Masayoshi Son (Softbank), George Soros et Mark Zuckerberg (Facebook). En tout, l’initiative compte 32 membres.

En ce qui concerne Bill Gates, il prévoit d’investir au moins un milliard de dollars dans les technologies propres au cours des cinq prochaines années. Le niveau d’implication des autres participants à l’initiative reste à découvrir mais, au regard de la fortune personnelle des uns et des autres, il devrait vraisemblablement se compter en dizaines, voire en centaines de millions de dollars.

À lire sur Numerama : Greentech  : Retour sur 5 startups françaises innovantes qui vont révolutionner l’écologie

Partager sur les réseaux sociaux