Les géants américains ont décidé de s'associer pour lutter contre la propagation de contenu terroriste sur leurs plateformes. Une base de données commune « d'empreintes numériques » leur permettra désormais de se montrer plus réactifs dans la suppression de ces publications.

C’est une collaboration inédite par son ampleur : Microsoft, Facebook, Twitter et YouTube s’associent pour lutter contre le partage de propagande terroriste sur leurs plateformes. Ce partenariat repose sur la création d’une base de données commune qui recense toutes les « empreintes numériques » des images et vidéos de propagande terroriste déjà retirées de leurs réseaux.

Concrètement, toute nouvelle image ou vidéo litigieuse publiée sur l’une de ces plateformes sera ainsi identifiée grâce à cette base de données enrichie au fil du temps.

Facebook, Twitter, Microsoft (qui possède le service de discussion vidéo Skype) et YouTube restent libres de l’effacer ou non, selon leur politique en la matière, la suppression de ces publications n’étant pas automatisée. De même, chaque entreprise continuera de suivre sa propre ligne de conduite en matière de collaboration avec les autorités.

La Commission européenne estime que leur précédent engagement n’a pas été tenu

Cette alliance permet aux géants américains de la tech de répondre aux critiques récurrentes sur leur manque de réactivité face à la prolifération de propagande terroriste sur leurs plateformes. L’engagement pris en mai dernier par les quatre groupes auprès de la Commission européenne, pour supprimer en 24 heures maximum les messages haineux, n’a pas été tenu selon elle : elle leur a reproché, hier, de s’occuper seulement de 40 % de cas qui leur sont signalés en moins d’une journée.

Partager sur les réseaux sociaux