Marre des photos trop bien cadrées, trop propres, trop parfaites ? A e s t h e t i c a m est faite pour vous.

La culture du beau, du parfait, du rectiligne, du symétrique, du propre : marre ! Instagram a tué le laid en permettant de transformer en quelques secondes une photo ratée en un chef d’œuvre. Prisma a enfoncé le clou en transformant les clichés de votre pique-nique dans la banlieue de Dijon en toiles de maître parfaitement réalisées. Un ordinateur peut imiter du Munch. Un algorithme peut créer du Mondrian. Le beau est partout, à portée d’app, à portée de doigt.

Place au raté : voilà le concept derrière A e s t h e t i c a m, l’application iOS qui se présente comme « la caméra la plus laide du monde ». Dès l’icône, sorte de fond nuageux avec une enveloppe dessinée sous Paint et un MAIL qui sort du cadre, A e s t h e t i c a m donne le ton. Ici, pas de réglage, d’ouverture, de focale ou de gestion des couleurs : deux boutons sont à votre disposition ; le premier vous permet de prendre une photo, le second d’utiliser la caméra frontale de votre iPhone.

Une fois que vous avez trouvé votre sujet (n’y passez pas trop de temps quand même), appuyez sur le bouton shoot et laissez la magie opérer. A e s t h e t i c a m va alors lancer ses puissants algorithmes, symbolisés par de nombreux écrans de chargement multicolores aléatoires (seul un Staline arc-en-ciel est une constante de l’app) qui pourront aussi, selon l’humeur, faire vibrer votre smartphone. Le résultat est toujours fascinant, mélange de mèmes, d’esthétique du web de la fin des années 1990 et de désordre visuel que le développeur de cette caméra hors-norme nomme VAPORWARE.

aestheticam

aestheticam2

En réalité, derrière ces airs de raté et de blague, A e s t h e t i c a m s’inscrit parfaitement dans le courant de la New Aesthetic qui interprète au second degré les codes graphiques que les premiers temps du web prenaient au premier degré. L’œuvre d’art y est un mélange de numérique et d’analogique, de glitch, de couleurs saturées, de bugs et autres détournements et références dont l’accumulation maîtrisée fait souvent des merveilles. En réalité, il y a entre la New Aesthetic et le laid toute l’inventivité, la culture de l’image et la maîtrise des grands designers d’aujourd’hui.

Cette tendance forte du design contemporain s’est raffinée depuis son apparition il y a quelques années et on la retrouve de plus en plus sur le web mainstream. Le projet The Outline, récemment dévoilé par Joshua Topolsky, fondateur de The Verge, entre parfaitement dans cette case. En France, Les Jours n’hésitent pas à utiliser les codes de ce courant dans certaines de leurs créations. Et, bien entendu, Snapchat n’en est jamais très loin.

Bref, si vous souhaitez rigoler un bon coup ou briller en société par votre avant-gardisme, A e s t h e t i c a m est un must-have.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés