Zipline vient de recevoir le feu vert de Washington pour tester ses livraisons médicales par drone malgré une législation américaine restrictive. La société avait jusque-là participé à de nombreux tests en dehors des États-Unis, comme au Rwanda.

« Les gens pensent que c’est impossible et particulièrement complexe, alors que la réalité c’est que c’est complètement possible, et en fait, c’est même bien plus simple  » expliquait Keller Rinaudo à The Verge, à propos de l’activité de son entreprise. Le PDG de la jeune société Zipline ne fait pas partie des grands noms du web, mais sa ténacité et son audace lui ont permis de se faire entendre par la Maison Blanche sur une question délicate : la livraison par drone.

Comme d’autres firmes du secteur, l’entreprise californienne porte auprès de l’administration de l’aviation civile américaine (FAA) un projet de règlement autorisant sur le sol américain la livraison par drone. Faute de pouvoir concrétiser immédiatement leurs projets outre-Atlantique, c’est à l’étranger que ces sociétés se sont tournées pour conduire des tests grandeur nature, à l’image des activités de Zipline au Rwanda.

Lancée en 2014, la firme de Keller Rinaudo portée par Google Ventures et Sequoia Partners a réussi à convaincre les autorités rwandaises que la géographie particulière du pays rendait la livraison par drone bien plus efficace que si elle est réalisée par voie terrestre. Et plutôt que de livrer des biens de consommation, Zipline a préféré commencer à mettre sa technologie au service des enjeux sanitaires locaux.

3062420-inline-1-zipline-coming-to-the-us

C’est justement cet aspect de l’activité de ces Zips — ainsi sont nommés les drones de la société, capable de voler sur 120 kilomètres avec une charge de 1,3 Kg — qui a intéressé Washington.

Ce mardi, la société et son PDG ont été invités à donner un White House Workshop sur le thème des drones. Keller Rinaudo explique qu’il a en réalité été contacté par les autorités américaines après le début du projet rwandais et il est aujourd’hui au centre de l’intérêt du gouvernement fédéral pour ce nouveau mode de livraison.

Zipline a convaincu la Maison Blanche, qui n’ignore pas les problèmes d’inégalités territoriales des États-Unis.

« Quand vous regardez les zones rurales ou les communautés isolées, notamment les populations de natifs américains, vous observez de sérieuses inégalités d’accès à la santé  », observe Keller Rinaudo. « Il y a une corrélation entre votre distance par rapport à une ville et votre espérance de vie. Donc notre espoir est de rendre ce type de technologie utile dans la lutte contre ces inégalités  ».

Les premiers vols de Zipline aux États-Unis devraient survenir d’ici six mois, le temps que la FAA prenne en compte la requête de l’entreprise pour lui permettre de commencer à acheminer des médicaments ou du sang.

À lire sur Numerama : Des drones pour livrer des médicaments au Rwanda

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés