Gary Fung en a terminé avec ses procès. Le gérant du site IsoHunt, spécialisé dans les liens BitTorrent, a conclu un deal avec des ayants droit au Canada.

La fermeture en 2013 du site de liens BitTorrent IsoHunt n’avait pas mis un terme à la totalité des procédures judiciaires visant Gary Fung, son fondateur. Si un accord a été effectivement trouvé aux États-Unis avec la Motion Picture Association of America (MPAA), un organisme qui s’occupe de défendre les intérêts des principaux studios à Hollywood, une affaire était toujours en cours au Canada.

Et justement, celle-ci vient de se terminer. L’association Music Canada (ex-CRIA, pour Canadian Recording Industry Association) Medium avec l’ancien gérant d’IsoHunt pour faire cesser les poursuites. Dans le cadre de ce deal, Gary Fung devra verser à Music Canada la somme de 66 millions de dollars. Il devra également s’abstenir à l’avenir d’opérer le moindre site de partage de fichiers.

isohunt.jpg

Sur ces 66 millions de dollars, 55 millions sont au titre des dommages et intérêts et 10 millions concernent une majoration de ces dommages et intérêts. Le million restant vise à couvrir les frais de justice engagés dans le cadre de la bataille judiciaire entre Gary Fung et Music Canada, précise Torrentfreak. Cette somme s’ajoute aux 110 millions de dollars que Gary Fung doit payer à la MPAA.

On s’interroge bien entendu sur les capacités de remboursement du Canadien face à de tels montants. La MPAA et Music Canada ne sont certainement pas dupes et se doutent qu’il faudrait plus d’une vie à Gary Fung pour espérer régler la note. Sans doute est-ce avant tout un accord symbolique, qui sert d’avertissement à tout ceux qui se risqueraient à opérer un site de liens BitTorrent.

110 millions de dollars aux USA, 66 millions au Canada

Quoiqu’il en soit, Gary Fung a publié un article sur Medium dans lequel il se dit soulagé d’en avoir fini une bonne fois pour toutes.

L’intéressé se montre beau joueur — ou ironique ? — en félicitant les deux organismes pour leur victoire en justice. Il remercie également ses avocats pour avoir cherché à défendre au mieux ses intérêts malgré une issue qui n’était certainement pas celle qu’il aurait souhaité. Il se dit également satisfait d’avoir su protéger les données personnelles de ses utilisateurs, qui n’ont jamais été divulguées lors de ses ennuis judiciaires.

Si l’adresse historique d’IsoHunt est aujourd’hui contrôlée par l’industrie du divertissement pour pointer vers une plateforme d’offre légale, et ainsi montrer aux internautes les sites vers lesquels il faut s’orienter, des partisans du site de liens BitTorrent, eux, n’ont toujours pas déposé les armes. Il existe depuis 2013 une copie du site qui est tout à fait active, avec une adresse web enregistrée aux îles Tonga.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés