Les autorités espagnoles effectuent ce jeudi une perquisition de grande ampleur dans les sièges espagnols de Google. Elles cherchent à découvrir la réalité des activités économiques de l'entreprise en Espagne, pour démontrer une éventuelle fraude fiscale.

La dépêche de Reuters est tombée ce jeudi matin. Les autorités espagnoles, à l’exemple des services fiscaux Français, mènent actuellement une perquisition dans les locaux madrilènes de Google. La société est suspectée par le fisc espagnol d’abuser de techniques d’optimisation fiscale. En quête d’éléments pouvant démontrer la réalité de l’activité commerciale de Google sur le territoire espagnol, les services recherchent des éléments de preuve pour d’éventuelles poursuites.

Pour le moment, les autorités n’ont pas clarifié quel serait le montant du manque à gagner pour l’État espagnol, qu’il serait susceptible de réclamer. En France, Bercy estime que Google France devrait plus de 1,6 milliard d’euros d’arriérés.

Le porte parole espagnol de Google a seulement déclaré que « l’entreprise respecte la législation fiscale espagnole comme elle le fait dans tous les pays où elle opère  », ce qui est le discours pré-formaté qui est copier-coller à chaque événement du même genre.

Les autorités espagnoles n’ont pas souhaité donné plus de détails sur l’opération. Rappelons qu’en France, la perquisition avait été organisée dans le plus grand secret par le parquet financier de Paris, qui avait été jusqu’à préparer son enquête hors-ligne pour éviter tout espionnage.

À lire sur Numerama : «  Opération Tulipe  » contre Google  : le parquet financier a préféré enquêter hors connexion

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés