Les spin doctors sont à l'œuvre. Après avoir avoué ne pas connaître Le Bon Coin, Nicolas Sarkozy a demandé publiquement à les rencontrer.

Il n’est jamais trop tard pour corriger une ignorance et la remplacer par de la connaissance. Alors que Nicolas Sarkozy a confié naïvement qu’il ne connaissait pas Le Bon Coin, qui devance même Amazon ou Wikipedia dans les classements des sites les plus visités en France, l’ancien chef de l’état a tenu à faire savoir qu’il voulait réparer ce qui démontre un décalage entre le président des Républicains et le quotidien d’une partie importante du peuple français.

Vendredi, Nicolas Sarkozy a ainsi signé de ses initiales (censées montrer qu’il écrit lui-même) un message adressé au Bon Coin, qui sollicite un rendez-vous pour parler de la place qu’a pris la plateforme de petites annonces gratuites dans la recherche d’emplois en France.

Sa « gaffe » était intervenue lors d’une rencontre avec des entrepreneurs lyonnais, dont l’un d’eux lui avait raconté qu’il recherchait ses candidats sur Le Bon Coin. « C’est quoi, Le Bon Coin ? », avait alors demandé celui qui rêve à sa réélection en 2017. Nicolas Sarkozy prouvait alors à la fois une méconnaissance difficilement justifiable d’un acteur clé de l’économie française, et, sur un plan bien plus positif, une capacité à dialoguer pour enrichir ses connaissances, en n’hésitant pas à avouer une part d’inculture — ce qui est trop rare.

Trop heureux de saisir l’occasion, Le Bon Coin a bien sûr accepté la proposition, et rendez-vous fut pris :

Gageons que la rencontre sera fortement médiatisée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés