Le Bangladesh a procédé au blocage de six services de messagerie, dont Faceboook, Messenger et WhatsApp, au nom de la sécurité du pays.

Le Bangladesh n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Alors que le pays traverse une situation politique très tendue, les autorités ont pris la décision cette semaine de bloquer purement et simplement les principaux services de messagerie utilisés par la population pour converser — à savoir Facebook, Messenger, Line, WhatsApp, Viber et Tango — pour des « raisons de sécurité ».

Cité par Deutsche Welle, un responsable de l’autorité en charge de la régulation d’Internet a confirmé le bannissement de ces six plateformes et laissé entendre que la mesure serait provisoire. « Le gouvernement a décidé de suspendre les activités de six plateformes de réseau social ». Toutefois, aucune précision n’a été apportée pour l’instant quant à la fin de cette vague de censure.

Facebook, Messenger, Line, WhatsApp, Viber et Tango interdits jusqu’à nouvel ordre.

Ce blocage fait suite à l’exécution dimanche de deux figures de l’opposition, qui avaient été condamnées en 2013 pour génocide et crime de guerre pendant la guerre d’indépendance en 1971, raconte RFI, qui ajoute que des voix avaient dénoncé le procès de Salaudin Quader Chowdhury et Ali Hassan Mohammed Mujahid, qui n’aurait pas été équitable.

Ce n’est pas la première fois que le Bangladesh opte pour le blocage pour régler un problème. En 2012, le pays avait bloqué YouTube à cause d’un film très controversé, L’Innocence des musulmans, qui s’est avéré être un pamphlet contre l’islam. À l’époque, l’autorité de régulation avait justifié la censure « pour empêcher la violence et le désordre social dus à la vidéo désobligeante ».

Il reste à savoir si le blocage aura une réelle efficacité. Sur d’autres réseaux sociaux qui ne sont pas affectés par la censure, des internautes plaisantent de la situation ou citent des solutions qui permettent de contourner l’interdiction. C’est le cas par exemple du réseau TOR ainsi que des réseaux privés virtuels (VPN) et des proxies.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés