A l’occasion d’un long entretien accordé à RTL ce mardi matin, le Président de la République Nicolas Sarkozy a confirmé son intention de « poser la question de la fiscalité sur les disques et sur la vidéo » à Bruxelles, qui fait blocage pour baisser le taux de TVA sur ces deux objets culturels. Alors que les livres sont taxés au taux réduit de 5,5 %, les disques et les DVD sont taxés à 19,6 %. Les deux industries, qui bénéficient déjà de subventions et de crédits d’impôts, demandent depuis plusieurs années à ce que la TVA soit réduite pour leur permettre d’afficher des prix de revente plus faibles.

Interrogé sur l’audiovisuel public, Nicolas Sarkozy a écarté la possibilité de relever le montant de la redevance audiovisuelle pour compenser la suppression de la publicité qu’il a demandée. Ce qui ne laisse plus à Jean-François Copé que deux des trois pistes qu’il avait avancées : la taxation des télécoms et des publicités des chaînes privées, et la taxation de l’électronique grand public.

Le Président a également exprimé son souhait que soient réunis des Etats généraux de la presse écrite, radio et audiovisuelle pour trouver des solutions aux difficultés du secteur. On notera qu’Internet est, a priori, exclu d’avance des Etats généraux. Mais on ne doute pas une seconde que ces professionnels des vieux médias sauront proposer beaucoup d’idées pour réguler la concurrence avec les nouveaux médias…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés