Mais qu’est-ce que les opérateurs télécoms ont bien pu recevoir comme promesse de la part de Nicolas Sarkozy pour oser se prononcer en faveur d’une taxe sur les revenus publicitaires des sites Internet français pour financer le retrait des publicités sur les chaînes de télévision publique ? On n’ose imaginer que ce pourrait être le capotage de la quatrième licence 3G, puisque Free fait partie de la Fédération française des télécoms qui a communiqué ce soutien.

En tout cas, cette prise de position surprise a pris de court l’Association des Services Internet Communautaires (ASIC), qui regroupe notamment Dailymotion, AOL, Google, Yahoo, MySpace et Microsoft France. L’ASIC exprime dans un communiqué « sa plus grande surprise« , et surtout son opposition ferme. « Une taxation de l’Internet, quel que soit son périmètre, pour financer la télévision relève d’une vision tournée vers le passé : taxer la marine à vapeur pour financer la marine à voile« , résume l’association.

La proposition de taxer les revenus publicitaires des sites Internet « pénaliserait les entrepreneurs du web basés en France, les sites étrangers accessibles sur le territoire national n’étant pas soumis à cette taxation« , prévient logiquement l’ASIC. Elle rappelle qu’en outre, la Commission européenne à la Société de l’Information Viviane Redding a souligné « l’impact néfaste » d’une telle taxation pour le développement de l’économie numérique française.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés